USS Howard (DD-179), ch. 1921-22

USS Howard (DD-179), ch. 1921-22


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

USS Howard (DD-179), ch. 1921-22

Ici, nous voyons le destroyer de classe Wickes USS Howard (DD-179) en 1921-22, alors qu'il servait dans la division Destroyer 22. Notez que son canon arrière a été levé sur son rouf arrière.

Destroyers américains : une histoire de conception illustrée, Norman Friedmann .L'histoire standard du développement des destroyers américains, des premiers destroyers torpilleurs à la flotte d'après-guerre, et couvrant les classes massives de destroyers construits pour les deux guerres mondiales. Donne au lecteur une bonne compréhension des débats qui ont entouré chaque classe de destroyer et ont conduit à leurs caractéristiques individuelles.


Mise à jour de mai 2018 sur HistoryofWar.org : campagne d'Italie, bataille espagnole de la guerre péninsulaire, logistique de défense, guerre Sertorian, avion Lockheed, artillerie allemande, destroyers de classe Wickes, groupes de chasse USAAF

Mise à jour de mai 2018 sur HistoryofWar.org : campagne d'Italie, bataille espagnole de la guerre péninsulaire, logistique de défense, guerre Sertorian, avion Lockheed, artillerie allemande, destroyers de classe Wickes, groupes de chasse USAAF

Ce mois-ci, nous terminons notre regard sur l'invasion alliée de la Sicile et passons à la campagne principale d'Italie, ajouté notre aperçu de l'ensemble de la campagne et des articles sur les premiers débarquements de la Huitième Armée.

Pour les guerres napoléoniennes, nous examinons une série de batailles principalement espagnoles au cours des premiers mois de 1813, lorsque les bandes de guérilla du nord-est menaçaient sérieusement la position française.

Nous complétons notre série sur la logistique de la défense dans l'histoire militaire, en ajoutant les trois dernières parties de la série, nous faisant traverser les périodes des guerres mondiales et de la guerre froide et de la situation actuelle.

Nous complétons également notre longue série sur les guerres de religion françaises, atteignant la fin de la neuvième guerre et l'édit de Nantes.

Notre série sur la guerre de Sertorian se penche sur la période clé de 76-75 avant JC où Sertorius a affronté Metellus Pius et Pompée et a été incapable de remporter le genre de victoire écrasante dont il avait besoin pour survivre.

Dans la technologie militaire, nous examinons une série d'avions de transport Lockheed mineurs, de l'artillerie allemande de gros calibre et d'autres destroyers de classe Wickes.

Dans les airs, nous ajoutons six autres groupes de chasse de l'USAAF de la Seconde Guerre mondiale, qui couvrent à eux seuls la quasi-totalité de l'engagement américain dans la Seconde Guerre mondiale, des Aléoutiennes à l'Afrique du Nord, en passant par la Nouvelle-Guinée et les attaques contre Formose.

L'opération Narcisse (10 juillet 1943) était un raid des SAS mené pour soutenir le débarquement de la huitième armée en Sicile.

L'opération Chestnut (12-19 juillet 1943) était une tentative infructueuse des SAS de perturber les communications de l'Axe dans le nord de la Sicile, afin de soutenir l'invasion alliée de la Sicile.

L'opération Husky No.2 (11-12 juillet 1943) était une tentative presque désastreuse d'envoyer des renforts aux parachutistes américains largués sur la Sicile lors de l'opération Husky No.1.

L'opération Fustian (13-14 juillet 1943) était un assaut aéroporté sur le pont Primosole, un point clé sur la route côtière vers Catane, qui ne s'est pas entièrement déroulé comme prévu, et a déclenché une bataille de trois jours pour sécuriser une tête de pont à travers le fleuve.

La campagne d'Italie (3 septembre 1943-2 mai 1945) a été l'une des offensives les plus combattues et les plus controversées menées par les Alliés occidentaux pendant la Seconde Guerre mondiale, et a vu les Allemands mener une habile action de retardement qui a duré de septembre 1943 jusqu'au fin de la guerre au printemps 1945.

L'opération Baytown (3 septembre 1943) a été la première étape de l'invasion alliée de l'Italie et a vu la huitième armée de Montgomery traverser de la Sicile à la Calabre voisine.

L'opération Hooker (8 septembre 1943) était une attaque de débordement menée par la 8e armée afin d'accélérer sa progression vers la Calabre.

Le combat de Tiebas (9 février 1813) vit le chef de la guérilla espagnole Mina vaincre une force française qui tentait de lever le siège de Tafalla (jusqu'au 12 février 1813), et fut rapidement suivi par la chute de la ville.

Le combat de Poza de la Sal (10-11 février 1813) voit la guérilla espagnole de Longa tendre une embuscade au quartier général de la division Palombini, qui résiste jusqu'à l'arrivée des renforts et oblige les Espagnols à battre en retraite.

La capture de Fuenterrabia (11 mars 1813) fut un exploit audacieux réalisé par une force de guérilla espagnole et les vit capturer et détruire le château de Fuenterrabia, à la vue de la France.

Le combat de Lérin (30 mars 1813) fut une victoire majeure pour les troupes espagnoles de Mina, et donna à Mina le contrôle d'une grande partie de la Navarre pendant près d'un mois.

Le siège de Castro-Urdiales (22 mars-12 mai 1813) a vu les Français reprendre un port qui était tombé à une force conjointe anglo-espagnole à l'été 1812, mais seulement après avoir subi une série de revers largement causés par la sous-estimation de la difficulté de la tâche.

Le combat de San Pelayo (24 mars 1813) a vu les Espagnols de Mendizabal tenter de vaincre les forces françaises se préparant à assiéger Castro-Urdiales, mais s'est soldé par un tirage coûteux.

La logistique de la défense dans l'histoire militaire (2 sur 4) - Une analyse : placer le développement de la logistique dans son contexte historique approprié

Logistique de défense dans l'histoire militaire (3 sur 4) – Une analyse : placer le développement de la logistique dans son contexte historique approprié : la troisième partie se concentre sur la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide.

Logistique de défense dans l'histoire militaire (4 sur 4) – Une analyse : placer le développement de la logistique dans son contexte historique approprié : la partie 4 se concentre sur les périodes ultérieures de la guerre froide et de l'après-guerre froide.

Le siège de Lacobriga (78 av. J.-C.) a vu Sertorius déjouer Metellus et déjouer sa tentative de capturer la ville principale de l'un des alliés espagnols de Sertorius.

Le siège de Lauro ou Lauron (76 av. J.-C.) a vu Sertorius déjouer Pompée et l'obliger à regarder impuissant pendant que la ville lui tombait sous les mains et était détruite (guerre de Sertorian).

La bataille d'Italica Hispalis (76 av. J.-C.) a été la première des deux victoires enregistrées par Metellus Pius sur l'habile lieutenant de Sertorius Hirtuleius, et est survenue alors que Sertorius lui-même faisait campagne dans l'est de l'Espagne.

La bataille de Ségovie (75 av. J.-C.) a été l'une des batailles les plus importantes de la guerre de Sertorius et a vu Metellus Pius vaincre et tuer le lieutenant le plus compétent de Sertorius, Hirtuleius.

La bataille de Valentia (75 avant JC) a vu Pompée vaincre deux des subordonnés de Sertorius et capturer la ville de Valentia, lui donnant un début réussi pour la campagne de 75 avant JC qu'il n'a pas pu transformer en une conclusion réussie de la guerre.

La bataille du Sucro (75 av. J.-C.) fut un affrontement peu concluant entre Pompée et Sertorius, mais Sertorius fut contraint de battre en retraite le lendemain après l'arrivée des renforts romains.

Le Lockheed C-111 Super Electra était la désignation donnée à quatre Lockheed modèle 14-WF62 qui ont été impressionnés par l'USAAF après avoir atteint l'Australie après s'être échappés des Indes néerlandaises.

Le Lockheed XR4O était la désignation donnée à un seul exemplaire du Lockheed Super Electra utilisé par l'US Navy.

Le Lockheed C-85 était la désignation donnée à un seul modèle 9 Orion qui a été imprimé dans l'USAAF en 1942-44.

Le Lockheed C-101 « Vega » était la désignation donnée à un seul exemplaire du Lockheed Vega qui a été impressionné par l'USAAF en 1942

Le Kanone 18 de 17 cm était l'une des deux conceptions parallèles de Krupp à utiliser le même système de double recul, et a rapidement remplacé la variante de mortier de 21 cm comme version de production principale.

Le Mörser 18 de 21 cm était l'un des deux modèles Krupp parallèles utilisant un système à double recul, et a été progressivement abandonné en 1942 au profit du Kanone 18 de 17 cm à plus longue portée.

Le Kanone de 15 cm (Eisenbahn) était le canon ferroviaire de plus petit calibre produit par l'armée allemande pendant la période de réarmement dans les années 1930, mais seule une poignée a été produite car ce n'était pas une arme assez puissante pour en valoir la peine.

Le 17 cm Kanone (Eisenbahn) était une version légèrement plus grande du 15 cm K (E), mais n'était pas assez puissant pour valoir l'effort requis pour le produire, et seule une poignée a été construite.

Destroyers de classe Wickes

USS Renshaw (DD-176) était un destroyer de classe Wickes qui eut une très brève carrière active au début des années 1920.

USS O&39Bannon (DD-177) était un destroyer de classe Wickes qui eut une très courte carrière militaire au début des années 1920.

USS Hogan (DD-178/ DMS-6) était un destroyer de classe Wickes qui a participé à l'opération Torch et aux invasions des Marshalls, Mariannas, Luzon et Iwo Jima.

USS Howard (DD-179 / DMS-7) était un destroyer de classe Wickes qui a servi de dragueur de mines pendant l'opération Torch, en tant qu'escorte de convoi en 1943 et dans les campagnes dans le Pacifique en 1944-45.

Le 48th Fighter Group a servi d'unité d'entraînement de remplacement, avant de rejoindre la Ninth Air Force en Grande-Bretagne au printemps 1944 et de participer à la campagne de libération de l'Europe.

Le 49th Fighter Group participe à la défense de l'Australie, à la longue campagne sur la Nouvelle-Guinée, au retour aux Philippines et aux raids contre Formose et les côtes chinoises.

Le 50th Fighter Group a servi avec divers commandements d'entraînement aux États-Unis, avant de déménager en Grande-Bretagne pour participer à la libération de l'Europe en 1944-45.

Le 52nd Fighter Group a été l'une des premières unités à rejoindre la Eighth Air Force en Grande-Bretagne, avant de se rendre en Afrique du Nord pour l'opération Torch. Il passa ensuite le reste de la guerre à opérer sur le théâtre méditerranéen.

Le 53e groupe de chasse a servi dans la zone du canal de Panama et en tant qu'unité d'entraînement, avant d'être dissous en 1944.

Le 54th Fighter Group a été principalement utilisé comme unité d'entraînement aux États-Unis, mais a également brièvement participé à la campagne des îles Aléoutiennes en 1942.

Neuvième guerre de religion

Le siège de La Fère (novembre 1595-16 mai 1596) a vu Henri IV capturer le dernier avant-poste espagnol au sud de la Somme, mais alors qu'il était engagé dans le siège, les Espagnols ont pu capturer Calais.

La chute d'Amiens (11 mars 1597) a vu la ville tomber aux mains des Espagnols après qu'ils eurent utilisé une astuce pour franchir les portes de la ville.

Le siège d'Amiens (avril-25 septembre 1597) a été la dernière grande campagne de la neuvième guerre de religion et a vu Henri IV reprendre la ville après qu'elle soit tombée à cause d'une ruse espagnole plus tôt dans l'année.

L'édit de Nantes (13 avril 1598) était le règlement religieux final qui est venu la victoire d'Henri IV dans la neuvième guerre de religion, et a donné aux huguenots une série de droits politiques, sociaux et religieux et a produit une période de paix religieuse comparative qui a duré pendant près d'un siècle.

Commence par son récit de l'entre-deux-guerres de ses expériences de la Première Guerre mondiale, puis passe à la Seconde Guerre mondiale, avec quelques éléments sur la campagne de 1940 et la défense de la France, mais avec la plus grande partie couvrant ses célèbres campagnes dans le désert du Nord. Afrique. Comprend des lettres privées, des rapports officiels et des travaux publiés, nous donnant une gamme de vues publiques et privées de Rommel

Une étude de très près des expériences de combat du 504th PIR, couvrant l'avancée vers la Winter Line, les combats sur les lignes Barbara et Bernhardt et la participation des régiments à Anzio. Très bon sur les expériences quotidiennes des troupes de combat, peut-être moins bon sur les mettre dans un contexte plus large

Un aperçu des commandos britanniques, en se concentrant sur ce qui les rendait différents de l'armée régulière, le type de compétences qu'ils devaient avoir, la formation qui leur a permis de les acquérir et le large éventail d'équipements qu'ils emportaient au combat. Comprend également une bonne section « En campagne » qui donne un aperçu du type d'expériences vécues par les commandos au combat, mais se concentre principalement sur leur entraînement et leurs compétences.

Examine le rôle de la Rhodésie SAS dans la longue lutte pour maintenir la domination de la minorité blanche. Un bon exemple de la façon dont une organisation militaire peut réussir presque entièrement selon ses propres termes, tout en perdant la guerre, alors que de vastes régions de Rhodésie sont devenues des zones interdites à la population blanche. Une étude intéressante de ce que le Rhodesian SAS a fait, peut-être moins de succès sur ce qu'ils espéraient réaliser

Une splendide étude de la garde impériale de Napoléon, la partie la plus célèbre de sa machine militaire, nous plongeant dans leur vie quotidienne en tant qu'élite privilégiée de Napoléon, et suivant son évolution d'un petit garde du corps pour les consuls en une armée massive au sein d'une armée, servant de l'élite et la réserve de l'armée de Napoléon, et jouant un rôle de combat de plus en plus important à mesure que les guerres se tournaient contre Napoléon. Suit les guerres du point de vue de la Garde, nous avons donc une vision assez peu critique de Napoléon, reflétant la façon dont ils l'ont vu.

Un regard passionnant sur la lutte de la Luftwaffe contre les bombardiers alliés, autour d'une série d'entretiens réalisés avec des personnalités de la Luftwaffe juste après la fin de la guerre. En conséquence, cela nous donne une idée de ce qu'ils pensaient de la bataille immédiatement après et avant que leurs histoires ne commencent à changer dans les années d'après-guerre. Une source primaire très précieuse pour quiconque s'intéresse aux campagnes de bombardement de la Seconde Guerre mondiale

Regarde l'état de l'armée française au début de 1917, les espoirs suscités par Nivelle lors de sa prise de commandement, l'échec de son offensive et la crise de moral provoquée par cet échec. Comprend du matériel intéressant sur la façon dont Nivelle et son équipe ont pu ignorer les preuves qu'il y avait des problèmes avec leur plan, et sur la façon dont Pétain a réussi à réparer les dégâts causés à l'armée française en un temps remarquablement court

Examine la courte et presque désastreuse invasion russe de l'Empire ottoman, qui s'est terminée avec Pierre le Grand et son armée piégés sur le Pruth et contraints de se rendre aux conditions ottomanes. Couvre les différentes armées impliquées des deux côtés, les commandants, les objectifs des deux principaux commandants et le déroulement de la guerre courte, et pour Pierre, presque désastreuse. Malgré quelques victoires loin du front principal, la guerre aurait pu se terminer avec le pouvoir de Peter fortement diminué et il a eu la chance de se voir proposer des conditions plutôt généreuses.

L'autobiographie de l'une des figures de proue de la bataille contre les mines et torpilles de plus en plus avancées de l'Allemagne, un élément clé de la bataille de l'Atlantique, permettant aux Britanniques de vaincre une série d'"armes secrètes" allemandes qui auraient autrement pu couper la mer vitale voies vers la Grande-Bretagne. Cela apparaît comme l'un des travaux de recherche les plus dangereux de la Seconde Guerre mondiale, et de nombreux collègues de l'auteur ont été tués en essayant de désarmer et de démanteler ces armes.

Examine l'invasion boer du Natal, le siège de Ladysmith et les efforts pour lever le siège, en mettant l'accent sur le rôle des troupes levées au Natal et sur le sort de la population civile de la région. Peut-être un peu trop hostile aux Boers et critique envers les officiers britanniques, mais excellent sur son sujet principal - la contribution des habitants du Natal à leur propre défense face à une invasion hostile

Très bon pour le détail des combats menés par les parachutistes de Bohmler, qui étaient responsables d'une grande partie de la défense déterminée du monastère et de la ville de Cassino, nous avons donc une bonne idée de l'expérience quotidienne des parachutistes. Pas si fort sur le tableau d'ensemble ou le contexte politique, qui est parfois dominé par une volonté de réhabiliter la réputation de l'armée allemande dans un contexte de guerre froide

Une biographie de l'un des hommes les plus remarquables à avoir servi dans les SAS et SBS pendant la Seconde Guerre mondiale, un Danois en exil qui a remporté le MC et deux barreaux et la Croix de Victoria, en examinant sa carrière militaire et son caractère, et produisant une image d'un homme plus complexe que prévu, qui a infligé beaucoup de dégâts aux Allemands, en particulier dans la mer Égée


USS Howard (DD-179), ch. 1921-22 - Histoire

Archives nationales du Canada C-000908
« Le fleuve Saint-Laurent en hiver », par Millicent Mary Chaplin, février 1842

Bien que des listes de passagers, ou des listes de passagers, aient été créées pour la plupart des navires arrivant dans les ports canadiens, il n'y a eu aucun archivage officiel de ces listes jusqu'en 1865, pour le port de Québec. Peu de listes créées avant 1865 survivent. À partir de 1865, la grande majorité des immigrants au Canada sont arrivés via le port de Québec, et pendant les mois d'hiver, via les ports de New York, NY, Boston, MA, Portland, ME et plus tard à Halifax, NS et Saint John, NB . Bien que les bateaux à vapeur aient commencé à transporter des passagers au Canada dès 1840, il y avait encore de nombreux voiliers en 1865. Les voiliers transportaient les émigrants vers l'ouest et le bois vers l'est, et pouvaient offrir des tarifs abordables et bon marché. Dans les années 1870, la plupart des passagers étaient transportés par des bateaux à vapeur. Les navires en direction de l'ouest partaient de nombreux ports de Grande-Bretagne et d'Europe, et à partir des années 1860, de nombreux émigrants européens et scandinaves ont d'abord voyagé par bateau Feeder vers l'Angleterre ou un autre port d'émigration européen. Ces émigrants, appelés transmigrants, se sont embarqués sur des bateaux à vapeur transatlantiques dans les principaux ports d'émigration tels que Liverpool, Glasgow, Hambourg, Rotterdam ou le Havre, vers l'Amérique du Nord.

En 1865, parce qu'il y avait d'excellentes liaisons ferroviaires et/ou passages entrants sur les lacs et les rivières à vapeur en provenance du Québec (plus tard des ports de la côte est canadienne), plusieurs milliers d'immigrants destinés au Midwest américain et ailleurs en Amérique du Nord sont également arrivés via le Canada. .

Les listes de passagers des voiliers peuvent contenir peu ou pas mal d'informations. Le moins à attendre est le nom du "chef de famille" uniquement, avec des coches indiquant les nombres et le sexe, et le groupe d'âge des autres membres du groupe. Tout ce que vous pouvez vous attendre à trouver est le nom complet et l'âge de tous les membres de la famille et/ou du groupe, leur lieu d'origine et, dans quelques cas, leur destination. Vous pouvez également trouver des notes sur la naissance ou le décès (et la date) d'une personne. La plupart des listes ont les noms de tout le monde enregistrés. Vous ne trouverez pas que ces listes soient uniformes dans leur contenu.

Les listes de passagers pour les navires à vapeur ont été principalement créées par les commissaires de bord britanniques, et leur connaissance des pratiques de nommage étrangères peut avoir été limitée. Pour cette raison, par ex. dans le cas des Norvégiens, vous ne pouvez trouver que tous les membres de la famille répertoriés avec le nom patronymique du « chef de famille ». Jusqu'au milieu des années 1890 environ, tous les passagers qui n'étaient pas de « naissance britannique » étaient désignés comme « étrangers ». Pour les passagers qui prévoient de rester au Canada, vous trouverez plus d'informations que pour ceux qui se rendent directement aux États-Unis. Les dossiers des passagers à destination des États-Unis ne peuvent inclure que le nom et l'âge et occasionnellement la profession et/ou la destination.

DOSSIERS D'IMMIGRATION CRÉÉS 1865-1919

Le port de Québec a été le premier port canadien à archiver des listes de passagers. À quelques exceptions près pour les navires qui ont fait escale à Halifax, puis à Québec, il n'y a que des arrivées du Québec disponibles jusqu'au début de l'archivage à Halifax, en 1881. Chaque année, le Québec avait une saison de navigation d'environ 24 semaines, car le fleuve Saint-Laurent était fermé. à l'expédition pendant les mois d'hiver. Les dossiers disponibles sont assez complets, avec quelques omissions documentées de listes de passagers qui n'ont pas survécu. Aucun de ces documents n'a été microfilmé jusqu'en 1949 et n'a été filmé par des sous-traitants, et non selon les normes d'archivage d'aujourd'hui. Le résultat est que certains disques qui étaient déjà dans un état défraîchi, sont donc difficiles à lire, mais d'autres sont magnifiques. Les bobines de microfilm 1865-1919 contiennent tous les navires, de tous les ports dans l'ordre chronologique de leur arrivée. Ils varient dans l'information enregistrée, selon les exigences canadiennes en matière d'immigration actuellement en vigueur. Vous trouverez des passagers à destination des États-Unis dans ces bobines, mais parfois les informations enregistrées pour ces passagers peuvent être minimes, par rapport à ceux qui étaient à destination de destinations canadiennes. Ces documents ne sont généralement pas indexés à la Bibliothèque nationale et aux Archives du Canada. Il existe un ancien fichier nominatif, d'exactitude douteuse, pour les arrivées de Québec 1865-1869 et les arrivées d'Halifax 1881-1882. apparaît. Lors de la consultation de l'index, méfiez-vous des variations orthographiques et des erreurs de classement.

FORMULAIRE 30A DOSSIERS D'IMMIGRATION CRÉÉS 1919-1924

Formulaire 30A Les dossiers d'immigration ont été conservés pendant la période 1919-1924 et les bobines de microfilms alphabétiques contiennent tous Passagers à destination du Canada vers tous ports au Canada et vers le Canada via les ports américains. Ils se présentent sous la forme d'une feuille de manifeste unique pour chaque passager. En 1925, le Canada est revenu à un manifeste de passagers standard « grande feuille ». Sachez que les bobines alphabétiques du formulaire 30A ne sont pas classées par ordre alphabétique strict, les enregistrements étant parfois inter-classés. Cliquez ici pour voir un fac-similé d'un enregistrement de formulaire 30A vierge et le type d'informations qu'il peut contenir. Pendant une courte période, certains ports ont également déposé de gros manifestes pendant cette période, alors consultez la liste ci-dessous. Rendez-vous sur le site Web de la Bibliothèque nationale et des Archives du Canada pour obtenir des détails sur les fonds du formulaire 30A et sur la façon de consulter les documents.

Les passagers se rendant directement vers des destinations américaines à partir de ports canadiens en 1919-1924, ne pas apparaissent sur un formulaire 30A. Comme certains ports ont également continué à conserver le grand manifeste pendant une courte période pendant la période du formulaire 30A (ces listes comprenaient tous les passagers, quelle que soit la destination), vous pouvez trouver des passagers à destination des États-Unis, mais les listes de St. Albans seraient une meilleure source d'information.

  • Québec, PQ a continué les grands manifestes jusqu'au 1921-07-13
  • Halifax, N.-É. a continué les grands manifestes jusqu'au 1922-10-02
  • Saint John, NB a continué les grands manifestes jusqu'au 1922-09-30
  • North Sydney, NS a continué les grands manifestes jusqu'en 1922-08-31
  • Vancouver, C.-B. a continué les grands manifestes jusqu'au 1922-09-28
  • Victoria, C.-B. (et ports du Pacifique) a continué à manifester de grandes feuilles jusqu'au 1922-09-30
  • *New York, NY (arrivées au Canada) a continué les grands manifestes jusqu'au 1921-12-08
  • *Les ports de l'Est des États-Unis (arrivées au Canada) ont continué à manifester de grandes feuilles jusqu'au 1921-11-04

*Remarque: les passagers figurant sur les listes vers les ports américains indiqués sont uniquement ceux qui ont déclaré leur intention de se rendre directement au Canada.

DOSSIERS D'IMMIGRATION CRÉÉS 1925-1935

Le 1er janvier 1925, le Canada a suspendu l'utilisation des formulaires d'immigration 30A et a repris l'utilisation du grand manifeste pour tous les ports. À la Bibliothèque nationale et aux Archives du Canada, un index en ligne a été créé en collaboration avec la Pier 21 Society, pour les arrivées de passagers au Canada, pour les années 1925 à 1935. Cet index a été créé à partir d'un index d'immigration microfilmé, et seul représente ceux qui avaient l'intention de rester au Canada. Lors de la recherche dans l'index en ligne, utilisez l'option "wildcard" pour vous assurer de voir les variations orthographiques possibles. L'index en ligne, c'est simplement ça, un index, et la liste des passagers microfilmée pour la même arrivée inclura beaucoup plus d'informations. Sachez que l'index contiendra des erreurs et/ou des omissions, car une partie de l'index microfilmé était difficile à lire ou à déchiffrer. Si vous recherchez un passager à destination des États-Unis qui est arrivé via le Canada entre 1925 et 1935, il y aura non Record canadien trouvé. La seule preuve de l'arrivée de ces passagers sera leur dossier d'entrée à la frontière américaine. Ces enregistrements d'entrée à la frontière américaine (The St. Albans Lists) sont nommés pour le référentiel des enregistrements. St. Albans, Vermont, District.

DOSSIERS D'IMMIGRATION CRÉÉS APRÈS 1935

Les dossiers d'immigration au Canada, qui ont été créés à partir du 1 er janvier 1936, ne sont pas encore accessibles au public. Vous pouvez obtenir un résumé auprès du certificat de débarquement pour votre propre arrivée, mais Citoyenneté et Immigration ne pourra pas copier la liste complète des passagers pour vous en raison des lois canadiennes sur la protection des renseignements personnels. Vous pouvez lire les documents postérieurs à 1935 sur le site Web des Archives nationales du Canada. Vous pouvez également obtenir un résumé pour les arrivées d'autres personnes dans la période postérieure à 1935, cependant, certaines conditions s'appliquent. . . voir le lien des enregistrements post-1935 ci-dessus.

DOSSIERS D'IMMIGRATION AUX ÉTATS-UNIS

Listes de St. Albans : À partir de 1895, en plus de la liste des navires canadiens, il pourrait également y avoir un enregistrement américain dans les dossiers d'immigration de la National Archives and Records Administration (NARA) des États-Unis appelé « St. Albans Lists ». Les listes de St. Albans sont en fait plusieurs publications. Pour en savoir plus sur ces enregistrements, consultez l'article du prologue sur NARA "By Way of Canada" Les deux qui vous intéressent sont indiqués ci-dessous avec le numéro de publication de la NARA (c'est-à-dire M-1461). Tous les ports frontaliers n'ont pas commencé à enregistrer les immigrants en 1895. Il est nécessaire de consulter l'index. Les mêmes dossiers sont également disponibles par les LDS Family History Centers, mais ils utilisent un numéro de publication différent.
Visitez ce site Web Immigration Microfilm CATalog Converter pour connaître l'équivalent LDS des numéros de microfilm NARA

Vous voudriez, d'abord:
M-1461 Index Soundex des entrées à la frontière canadienne par le district de St. Albans, VT, 1895-1924. M1461. 400 rouleaux. (Rouleau 218 non utilisé). 16mm. Il s'agit d'un index de noms Soundex pour les entrées de tous les ports le long de la frontière canadienne et des Grands Lacs. L'enregistrement sera un enregistrement de carte contenant beaucoup ou peu d'informations (généralement, beaucoup !). Vous pouvez voir une liste déroulante de ces enregistrements.

Vous voudrez également voir :
M-1464 Manifestes des passagers arrivant dans le district de St. Albans, VT, passant par les ports du Canadien Pacifique et de l'Atlantique, 1895-1954. M1464. 640 rouleaux. Ce sont en fait de gros manifestes, comme pour les navires, mais ils ont été remplis lorsque l'immigrant est entré aux États-Unis par un port frontalier comme Port Huron, Buffalo ou Chicago. Ces dossiers sont généralement classés en premier par Date(mois), puis par Port(port frontière), puis par port maritime(Québec, Montréal, Halifax, Saint John). Ces dossiers contiennent beaucoup plus d'informations que les anciennes listes de passagers canadiens. Ils donnent également le nom/l'adresse et les personnes qui ont été laissées pour compte, avec la relation avec l'immigrant, ils donnent le nom/l'adresse et la relation de la personne avec laquelle l'immigrant allait aux États-Unis. Vous pouvez également connaître la taille, la couleur des yeux et la couleur des cheveux de votre immigrant.

IMMIGRATION &c. DOCUMENTS CRÉÉS AVANT 1865

Pré-archivage : De nombreux enregistrements pour la période de pré-archivage peuvent être trouvés ici dans les centaines de pages de TheShipsList, en utilisant les barres de navigation en haut de chaque page. . par exemple. Listes de passagers. Aussi, portez une attention particulière aux comptes rendus des journaux des Arrivées des Navires à Québec car bien souvent des passagers étaient nommés, ou un incident faisait mentionner leur nom . . . et . . . Le nouveau projet TheShipsList de la St. Lawrence Steamboat Co. Passenger Records 1819-1836, offre un ensemble record jamais publié de listes de passagers de nombreux nouveaux immigrants arrivant via le port de Québec et embarquant sur un bateau à vapeur pour Montréal pour commencer la prochaine étape de leur voyage d'arrivée vers des destinations canadiennes ou américaines.
Des liens vers des ressources hors site peuvent être trouvés au bas de cette page, par exemple : site : Le Voyage. Vous trouverez des manuels d'émigration, comme les livres CAA ou AAA d'aujourd'hui qui nous aident lorsque nous planifions un voyage. Le rapport de l'agent d'immigration de 1853 présente un intérêt particulier, car il contient les itinéraires et les tarifs au Canada et aussi vers les États-Unis depuis Québec et Montréal. Vous trouverez également de nombreux comptes de voyage et d'autres éléments d'intérêt. Quelques premiers manifestes ont été trouvés au BAC et ils sont disponibles en ligne pour la recherche. Le site commercial inGeneas dispose de ces premiers enregistrements dans une base de données, librement consultable et dûment citée. Le site inGeneas dispose également d'une base de données "payante" à laquelle ils s'ajoutent régulièrement, ce qui est assez gratuit pour la recherche, mais si vous souhaitez une copie de l'enregistrement, il y a des frais. Le site Olive Tree Genealogy de Lorine McGinnis Schulzes est un site Web inestimable pour les premiers documents canadiens. Choisissez "Vers Canada" dans le menu du haut. Lorine a des liens vers les registres fonciers et les registres du comté d'Altlas et de recensement qui peuvent vous aider à déterminer où trouver plus d'informations sur vos ancêtres immigrants. L'Olivier contient également des liens et des informations sur les tout premiers documents du Palatinat et de la France pour le Canada. De plus, au BAC, visitez les pages de recherche généalogique pour en savoir plus sur la "France aux colonies" pour laquelle ils détiennent des documents épars pour les années 1732 et 1749 à 1760 ainsi que le LI-RA-MA (dossiers consulaires russes) 1898-1922

FONDS CANADIENS DE MICROFILM ET SOURCES DE MICROFILM

Listes de passagers, 1865-1922 LAC images de la liste des passagers numérisées

Les Archives nationales du Canada (BAC) ont des copies de tous les manifestes disponibles sur microfilm, 1865-1935 (voir la liste des ports et des années ci-dessous). Pour la période 1919-1924, un autre type de dossier a été conservé, le formulaire 30A. Les passagers à destination des États-Unis figurent dans les registres canadiens, de 1865 à 1919 et, dans certains cas, jusqu'en 1921-22. Consultez les listes de passagers par port d'arrivée aux Archives nationales du Canada. Au Canada, la pratique de l'archivage des manifestes de passagers (listes de passagers) a commencé à différentes années pour différents ports. Vous pouvez emprunter ces microfilms gratuitement par l'intermédiaire de votre bibliothèque locale grâce au prêt inter-bibliothèques (PEB). Vous pouvez également bénéficier d'un PEB gratuitement, depuis Ottawa, vers des bibliothèques aux États-Unis et à l'extérieur de l'Amérique du Nord. Vous pouvez trouver les détails de cette procédure ici sur le site Web de BAC.

Terminologie et abréviations utilisées dans les dossiers d'immigration canadiens
sur le site Web de la Bibliothèque nationale et des Archives du Canada

Les dossiers sont disponibles pour :

  • Ports du Québec
    • QUÉBEC 1865 - 1921
    • QUÉBEC/MONTRÉAL 1919 - 1924 : voir Immigration Form 30A
    • QUÉBEC 1925 - 1935
    • MONTRÉAL 1925 - 1935
    • HALIFAX 1881 - 1922
    • HALIFAX 1919 - 1924 : voir le formulaire d'immigration 30A
    • HALIFAX 1925 - 1935
    • SAINT JEAN 1900 - 1922
    • SAINT JOHN 1919 - 1924 : voir formulaire d'immigration 30A
    • SAINT JEAN 1925 - 1935
    • SYDNEY NORD 1906 - 1922
    • NORTH SYDNEY 1919 - 1924 : voir le formulaire d'immigration 30A
    • SYDNEY NORD 1925 - 1935
    • VANCOUVER 1905 - 1922
    • VANCOUVER 1919 - 1924 : voir formulaire d'immigration 30A
    • PORTS VICTORIA ET PACIFIQUE 1905 - 1922
    • PORTS DE VICTORIA ET DU PACIFIQUE 1919 - 1924 : voir le formulaire d'immigration 30A
    • VANCOUVER ET VICTORIA 1925 - 1935
    • NEW-YORK 1906 - 1921
    • NEW YORK 1919 - 1924 : voir le formulaire d'immigration 30A
    • NEW-YORK 1925 - 1931
    • PORTS DE L'EST DES ÉTATS-UNIS 1905 - 1921
    • PORTS DE L'EST DES ÉTATS-UNIS 1919 - 1924 : voir le formulaire d'immigration 30A
    • PORTS DE L'EST DES ÉTATS-UNIS 1925 - 1928

    *Remarque: les passagers figurant sur les listes vers les ports américains indiqués sont uniquement ceux qui ont déclaré leur intention de se rendre directement au Canada.

    Sources canadiennes : (autre que la Bibliothèque nationale et les archives)
    Ces institutions détiennent des copies du microfilm de 1865 au début de 1919 seulement, sauf indication contraire.

    • Bureau des archives et des dossiers de la Colombie-Britannique, Victoria, Colombie-Britannique (AVANT JC. ports uniquement)
    • Cloverdale Branch, Surrey Public Library, Surrey, Colombie-Britannique (la plupart des documents jusqu'en 1935, à l'exception du formulaire 30A)
    • Bibliothèque Nanaimo (Nanaimo Family History Society), 3999, avenue Victoria - Films québécois 31 octobre 1895 à avril 1910 (plus de films sur commande)
    • Archives provinciales de l'Alberta, Edmonton, Alberta Calgary
    • Bibliothèque publique, Calgary, Alberta Lethbridge
    • Bibliothèque publique (Lethbridge and District Branch of the Alberta Genealogical Society), Lethbridge, Alberta (tous les ports, 1865 à 1924)
    • Public Library, Regina, Saskatchewan, Prairie History Room (tous les documents disponibles jusqu'à 1921-1922, plus North Sydney 1925-1935 dossiers de frontière US-CAN 1909-1918) http://www.reginalibrary.ca/prairiehistory/
    • Conseil des archives de la Saskatchewan, Regina et Saskatoon, Saskatchewan
    • Archives provinciales du Manitoba, Winnipeg, Manitoba
    • Archives publiques de l'Ontario, Toronto, Ontario
    • North York Central Branch of the Toronto Public Library, Toronto, Ontario (la plupart des documents jusqu'en 1935, y compris le formulaire 30A)
    • Bibliothèque municipale de Montréal, succursale centrale, Montréal, Québec
    • Archives nationales du Québec, Québec, Québec (Ports du Québec seulement)
    • Archives et gestion des dossiers de la Nouvelle-Écosse, Halifax, Nouvelle-Écosse (N.S. ports uniquement)

    SOURCES DE MICROFILM DES SAINTS DES DERNIERS JOURS (dans les centres d'histoire familiale)

    Enregistrements SDJ des arrivées canadiennes : Les centres d'histoire familiale des Saints des Derniers Jours ont également des copies des premiers documents archivés pour les ports de Québec et d'Halifax, qui sont énumérés ci-dessous. Le SDJ a également acheté et catalogué les listes de passagers des navires pour le Canada, 1900-1922, 1925-1935 et le formulaire d'immigration 30A, arrivées par mer, 1919-1924 microfilms. Les notes de film 1900-1922 et 1925-1935 incluent également les numéros de microfilm de la Bibliothèque nationale et des Archives du Canada, donc si vous avez localisé le numéro de microfilm de BAC ici, vous pouvez facilement localiser le numéro de film SDJ.
    Ces dossiers sont disponibles à la Family History Library de Salt Lake City, Utah, et aux Family History Centers (FHC). Le FHC est librement ouvert au public. Vous n'avez pas besoin d'être membre de l'église pour utiliser la bibliothèque. To locate the FHC nearest you, check your telephone book's "yellow pages" under "Churches, Latter Day Saints" for a listing, in North America, telephone 1-800-346-6044. Locations can also found at the LDS website.

    • Port of Quebec: Film # 0889440 to 0889467 for the years 1865 to 1899
    • Port of Halifax: Film # 0889429 to 0889439 for the years 1881 to 1899

    For the port of Quebec:
    Film # 0889440 to 0889467 for the years 1865 to 1899

    1874 to 1876
    LDS number 0889450

    1877 to 1879
    LDS number 0889451

    1881 to 1882-06---
    LDS number 0889453

    1882-06--- to 1882-11---
    LDS number 0889454

    1890 to 1891
    LDS number 0889462

    1892
    [Sept. to Nov. 1892 filmed in reverse chronological order]
    LDS number 0889463

    1894 to 1895
    LDS number 0889465

    1897 to 1898
    LDS number 0889467

    For the port of Halifax:
    Film # 0889429-0889439 for the years 1881 to 1899

    1881 to 1882
    LDS number 0889430

    1883 to 1884
    LDS number 0889431

    1885 to 1886
    LDS number 0889432

    1887 to 1888
    LDS number 0889433

    1889 to 1891
    LDS number 0889434

    1892 to 1893
    LDS number 0889435

    1894 to 1895
    LDS number 0889436

    The LDS also holds the microfilms for the nominal card indexes for these two ports, Quebec 1865 to 1869 and Halifax January 1881 to February 1882.

    The Halifax 1881-1882 reel number is 1642682

    The Quebec microfilms are not in strict numerical order, so it would be better to consult the Catalog at your local Family History Center. (to assist a little)
    The A-C Quebec 1865 reel number is 1818591

    IMMIGRATION RECORDS CREATED FOR HOME CHILDREN

    The Library & Archives of Canada has an online database for British "Home Children." This database contains the names of child migrants, but is not yet complete. The index was compiled by the British Isles Family History Society of Greater Ottawa, (BIFHSGO) and we owe them our thanks for a job well done. You should check out Marj Kohli's wonderful site Young Immigrants to Canada for more detailed discussion and information of additional record sources for children.

    IMMIGRATION LINKS FOR EARLY CANADIAN RECORDS

    • TheShipsList Passenger Records (on-site) (on-site)
    • Canadian Genealogy Centre (The National Library & Archives of Canada &c.)
    • Assisted Emigrants, Toronto Emigrant Office 1865-1883 (Ontario Archives, Hawke Papers) The Canadian Immigrant Experience.
    • Ward Chipman, Muster Master's Office (1777-1785)LAC - Loyalists to Nova Scotia & New Brunswick
    • Likacheff-Ragosine-Mathers (LI-RA-MA) CollectionLAC - 1898-1922 passport / indentity papers
    • Forging Our Legacy - Citizenship & Immigration Canada 1900-1977
    • The Olive Tree
    • InGeneas Free Database
    • Gail Facini's Lunenburg County Nova Scotia
    • Alan Tupman's Canadian Passenger lists
    • Morgan Robertson's Family Roots of Pictou and Antigonish Counties NS
    • Dave Hunter's Island Register PEI site
    • Immigrant Ships Transcribers Guild
    • Marj Kohli's Immigration Information 19th century

    TheShipsList®™ - (Swiggum) All Rights Reserved - Copyright © 1997-present
    These pages may be freely linked to but not duplicated in any fashion without written consent of .
    Last updated: June 05, 2012 and maintained by and M. Kohli


    ジェシー・B・オルデンドルフ

    オルデンドルフは1909年に海軍兵学校を174人中141番の席次で卒業。 [1] 卒業年次から「アナポリス1909年組」と呼称された世代からは首席卒業でソロモン諸島の戦いにおいて両用戦部隊司令官を指揮したセオドア・S・ウィルキンソン、戦艦「ノースカロライナ」初代艦長オーラフ・M・ハストベット、初代海軍作戦部長のウィリアム・S・ベンソンを父に持つ戦艦「ワシントン」初代艦長ハワード・H・J・ベンソンらがいる。第一次世界大戦前にカリフォルニア (USS California, ACR-6) 、プレブル (USS Preble, DD-12) 、デンバー (USS Denver, C-14) 、ホイップル (USS Whipple, DD-15) 、に乗り組み、その後再びカリフォルニアから改名したサンディエゴ (USS San Diego, CA-6) に乗り組んだ。続いてパナマ運河の調査艦ハンニバル (USS Hannibal, AG-1) に乗り組んだ [2] 。

    アメリカ合衆国が第一次世界大戦に参戦すると、オルデンドルフは陸軍の輸送艦サラトガを護衛したが、サラトガはニューヨークで事故のため沈没し、その後輸送艦プレジデント・リンカーン (USS President Lincoln) に砲術士官として乗り組んだ [3] 。プレジデント・リンカーンは1918年5月31日にアイルランド沖でドイツ潜水艦 U-90 から3発の魚雷を受け沈没した [4] 。

    両大戦間にオルデンドルフは貨物艦および輸送艦での任務に配属された。重巡洋艦シアトル (USS Seattle, CA-11) の機関士官および輸送艦パトリシア (USS Patricia) の副長を務め [3] 、その後陸上勤務に戻る。ピッツバーグ募兵事務所での勤務後、ボルチモアで機関検査官を務め、続いて水路局で勤務した [3] 。その後偵察ヨットのナイアガラ (USS Niagara, PY-9) に配属される。1921年から22年にかけてバーミングハム (USS Birmingham, CL-2) に乗り組み [3] カリブ海で勤務、特別任務戦隊司令官の副官を務めた。その後1922年から24年までと27年から28年まで、海軍工廠司令官の副官を務めた。

    オルデンドルフが艦長として初めて乗り組んだ艦は駆逐艦ディケーター (USS Decatur, DD-341) であった [3] 。1922年から27年まで艦長職を務めた後、翌28年から30年まで海軍大学校で学び、30年から32年まで戦艦ニューヨーク (USS New York, BB-34) の航海長を務める [3] 。32年から35年まで海軍士官学校で航海術の教官を務め、その後35年から37年までウェストバージニア (USS West Virginia, BB-48) の副長を務める [3] 。37年から39年まで航海局の新規採用部長に就任、39年から41年8月までの間に大佐に昇進し、重巡洋艦ヒューストン (USS Houston, CA-30) 艦長に着任する [3] [1] 。

    この期間の彼の旗艦は駆逐艦母艦のプレーリー (USS Prairie, AD-15) [3] および艦隊曳船のカイオワ (USS Kiowa, ATF-72) であった [3] 。

    1944年1月にオルデンドルフは太平洋戦線へ転属となり、第4巡洋艦隊を指揮、重巡洋艦ルイビル (USS Louisville, CA-28) を旗艦とした [1] 。第4巡洋艦隊は戦艦および巡洋艦から成り、空母部隊の作戦活動の支援およびマーシャル諸島、パラオ、マリアナ諸島、レイテ島への上陸部隊に対する火力支援を担当した [5] 。

    1944年10月24日のレイテ沖海戦でオルデンドルフ少将は第77.2任務群の指揮官であった [6] 。彼は麾下の戦艦と巡洋艦をスリガオ海峡で古典的な戦列に配置した [7] 。彼の部隊には真珠湾攻撃で一度撃沈された旧式戦艦が5隻含まれていた。10月25日の早朝、オルデンドルフは旗艦ルイビルに座乗し、西村祥治中将率いる日本艦隊を迎撃、十字砲火を加えてこれを壊滅させた [1] [8] 。戦艦扶桑および山城が沈没し、西村中将もこの戦闘で戦死した [9] 。オルデンドルフはこの戦闘による功績で海軍十字章を受章し [10] 、1944年12月15日に中将に昇進、第1戦艦戦隊の指揮官に就任した。中将昇進後オルデンドルフはリンガエン湾上陸戦で戦艦部隊を指揮し、1945年3月11日には乗艦のバルジがブイに衝突した際に鎖骨を骨折 [11] 、沖縄戦では [12] 1945年8月12日に乗艦していたペンシルベニア (USS Pennsylvania, BB-38) が天山艦上攻撃機の雷撃により艦尾に被雷、衝撃で数本の肋骨を骨折した [13] 。


    Adolf Hitler becomes the leader of the Nazi Party

    On July 29, 1921, Adolf Hitler becomes the leader of the National Socialist German Workers’ (Nazi) Party. Under Hitler, the Nazi Party grew into a mass movement and ruled Germany as a totalitarian state from 1933 to 1945.

    Hitler’s early years did not seem to predict his rise as a political leader. Born on April 20, 1889, in Braunau am Inn, Austria, he was a poor student and never graduated from high school. During World War I, he joined a Bavarian regiment of the German army and was considered a brave soldier however, his commanders felt he lacked leadership potential and never promoted him beyond corporal.

    Frustrated by Germany’s defeat in the war, which left the nation economically depressed and politically unstable, Hitler joined a fledgling organization called the German Workers’ Party in 1919. Founded earlier that same year by a small group of men including locksmith Anton Drexler and journalist Karl Harrer, the party promoted German pride and anti-Semitism, and expressed dissatisfaction with the terms of the Treaty of Versailles, the peace settlement that ended the war and required Germany to make numerous concessions and reparations. Hitler soon emerged as the party’s most charismatic public speaker and attracted new members with speeches blaming Jews and Marxists for Germany’s problems and espousing extreme nationalism and the concept of an Aryan “master race.” On July 29, 1921, Hitler assumed leadership of the organization, which by then had been renamed the Nationalist Socialist German Workers’ Party.

    In 1923, Hitler and his followers staged the Beer Hall Putsch in Munich, a failed takeover of the government in Bavaria, a state in southern Germany. In the aftermath of this event, Hitler was convicted of treason and sentenced to five years in prison, but spent less than a year behind bars (during which time he dictated the first volume of “Mein Kampf,” or “My Struggle,” his political autobiography.) The publicity surrounding the Beer Hall Putsch and Hitler’s subsequent trial turned him into a national figure. After his release from jail, he set about rebuilding the Nazi Party and attempting to gain power through the democratic election process. 

    In 1929, Germany entered a severe economic depression that left millions of people unemployed. The Nazis capitalized on this situation by criticizing the ruling government and began to win elections. In the July 1932 elections, they captured 230 out of 608 seats in the Reichstag, or German parliament. In January 1933, Hitler was appointed German chancellor and in March of that year his Nazi government assumed dictatorial powers. The Nazis soon came to control every aspect of German life and all other political parties were banned.

    Following Germany’s defeat in World War II, during which some 6 million European Jews were murdered under Hitler’s state-sponsored extermination programs, the Nazi Party was outlawed and many of its top officials were convicted of war crimes. Hitler had committed suicide on April 30, 1945, shortly before Germany’s surrender.


    Films similar to or like No Man Is an Island (film)

    Island is a 1962 war film about the exploits of George Ray Tweed, a United States Navy radioman who avoided capture and execution by the Japanese during their years-long World War II occupation of Guam. Wikipédia

    Decorated radioman in the United States Navy who served during World War II. Most famous for evading Japanese capture for two years and seven months after the surrender of the U.S garrison on Guam in 1941. Wikipedia

    The American recapture of the Japanese-held island of Guam, a U.S. territory in the Mariana Islands captured by the Japanese from the U.S. in the 1941 First Battle of Guam during the Pacific campaign of World War II. Largest island of the Marianas, with a length of 32 miles (52 km) and a width ranging from 12 miles (19.31 km) to four miles (6.44 km) at different points of the island. Wikipédia

    Engagement during the Pacific War in World War II, and took place from 8 December to 10 December 1941 on Guam in the Mariana Islands between Japan and the United States. Defeated by Japanese forces on 10 December, which resulted in an occupation until the Second Battle of Guam in 1944. Wikipedia

    The period in the history of Guam between 1941 and 1944 when Imperial Japanese forces occupied Guam during World War II. Renamed Ōmiya-Jima . Wikipédia

    In the United States Navy during World War II. Renamed Linn County —after counties in Iowa, Kansas, Missouri, and Oregon—but saw no active service under that name. Wikipédia

    In the United States Navy during World War II. Renamed Kane County —after counties in Illinois and Utah—but never saw active service under that name. Wikipédia

    Constructed for the United States Navy during World War II. To aid ships, usually by towing, on the high seas or in combat or post-combat areas, plus "other duties as assigned." Wikipedia

    Built during World War II for the United States Navy. Crewed by trained Navy personnel and sent into the Pacific Ocean to provide tug service to damaged ships in battle areas. Wikipédia

    In the United States Navy during World War II. The second ship named for Richard Worsam Meade III and Robert Leamy Meade. Wikipédia

    In the United States Navy during World War II. Named for Bolivar County, Mississippi. Wikipédia

    1963 American Technicolor Panavision biographical war film depicting the actions of John F. Kennedy as an officer of the United States Navy in command of Motor Torpedo Boat PT-109 in the Pacific theater of World War II. Adapted by Vincent Flaherty and Howard Sheehan from the book PT 109: John F. Kennedy in World War II by Robert J. Donovan, and the screenplay was written by Richard L. Breen. Wikipédia

    Built for the United States Navy during World War II. She served in the Pacific Ocean and provided escort service against submarine and air attack for Navy vessels and convoys. Wikipédia

    Constructed for the United States Navy during World War II. She served her country in the Pacific Ocean Theatre of Operations, and provided petroleum products where needed to combat ships. Wikipédia


    UNIVERSITY ARCHIVES

    Western Reserve University awarded Williamson the honorary Doctor of Laws, 1926.

    Western Reserve University named the Bellfower Road Mather College residence Williamson House in honor of Williamson&rsquos service as President and trustee, 1945.

    Western Reserve University named the Euclid Avenue residence Williamson House and Annex in honor of Williamson&rsquos service as President and trustee, 1961.

    Pastor, First Presbyterian Church, Norwalk, Ohio, 1875-1884

    Pastor, First Presbyterian Church, Warren, Ohio, 1885-1888

    Pastor, Beckwith Memorial Church, Cleveland, Ohio, 1888-1901

    Trustee, Western Reserve University, 1905-1935

    Trustee, Adelbert College, 1905-1935

    Acting President, Society for Savings, Cleveland, Ohio, 1912-1915

    Executive Vice President, Society for Savings, Cleveland, Ohio, 1915-1921, 1924-1927


    Early Cinema Collection

    Cinema emerged in the late-nineteenth century through a combination of new advancements in technology with old traditions of screen presentation (see the Magic Lantern and Lantern Slide Catalog Collection for more on the history of these older technologies and screen practices).

    The highlight of our Early Cinema collection is the 1907 to 1927 run of the Moving Picture World, one of the earliest trade papers of the motion picture industry. The heyday of the Moving Picture World was during the 1910s and the period that film historians have called cinema's "transitional era" (lasting roughly from 1908 to 1917). As a series of dramatic changes swept the industry, including the rise of the star system, the transition from short films to features, the decline of the Motion Picture Patents Company (generally associated with its largest stakeholder, Thomas Edison), and the rise of "Independent" companies that became the Hollywood studios. Showmen read Moving Picture World to stay abreast of the rapidly changing marketplace and the latest batch of pictures. Even reading now, one hundred years later, you can feel the dizzying energy of change.

    Thanks to Domitor for supporting digitization of the early years of Moving Picture World and Marc Wanamaker, Eileen Bowser and the Museum of Modern Art for making rare copies available for scanning.


    NORFOLK

    A line of Catholic earls and dukes whose peerage dates back to the 11th century, when Ralph, a staller or constable of the court of Edward the Confessor (reign 1043 – 66) and a benefactor of St. Riquier's Abbey, Ponthieu, was confirmed in his lands. The earldom proper was created in 1140 or 1141 for Hugh Bigod (d. 1176 or 1177), who ruled East Anglia from Framlingham castle. Roger, fifth Bigod earl of Norfolk (1245 – 1306), died without heirs.

    The Mowbray Line. Edward I (reign 1274 – 1307) revived the earldom for his son, Thomas of Brotherton (1300 – 38), who in turn died leaving no son.

    Thomas de Mowbray. First duke of Norfolk b. 1366? ré. Venice, Sept. 22, 1399. Thomas was the grandson of Thomas of Brotherton's daughter, Margaret (c. 1320 – 1400), and received the revived dukedom in 1397. He had been earl marshal at 20, and had achieved power for revealing to Richard II (reign 1377 – 99) the plots of the earls of Arundel and Gloucester. In 1398 he was accused of treasonable words and fled abroad.

    John de Mowbray. Second duke of Norfolk b. 1389d. Epworth, Isle of Axholme, Oct. 19, 1432. He distinguished

    himself in the wars with France (1417 – 21 1423 – 24), and was restored to his father's dukedom in 1425. He was marshal at the coronation of Henry VI in 1429.

    John de Mowbray. Third duke of Norfolk, hereditary earl marshal of England and fifth earl of Nottingham b. Sept. 12, 1415 d. Nov. 6, 1461. The son of John, he supported Richard, Duke of York, in the wars for the English succession (War of the Roses, 1455 – 85), but changed his allegiance to the Lancastrian King Henry VI in 1459. At the second battle of St. Alban's (1461) he fled from Henry VI's camp and fought for the Yorkist Edward IV, who was crowned king of England after his victory over the Lancastrians at Towton (1461).

    John de Mowbray. Fourth duke of Norfolk b. Oct. 18, 1444 d. Framlingham, Jan. 17, 1476. He also supported the Yorkist cause, but at his death the title again lapsed. Upon the marriage of his 5-year-old daughter, Anne, to Richard, Duke of York, second son of Edward IV, on Jan. 15, 1478, the dignity was added to his titles.

    The Howard Line. The illustrious house of Howard, which long stood next in blood to the sovereign, traces its lineage to John Howard of Wiggenhall St. Peter, Norfolk, whose son, William, became a judge in 1297. The Howards came to power as Yorkists.

    John Howard. First duke of Norfolk b. 1430? ré. Bosworth Field, Aug. 22, 1485. As John of Stoke Neyland he became treasurer of Edward IV's household in 1468, and was summoned to Parliament as Lord Howard. He served as captain general at sea, and was later appointed lord admiral. On June 28, 1485, 12 days after young Richard, Duke of York and Norfolk, had been sent to the Tower by his uncle Richard III (reign 1483 – 85), John Howard was granted the vacant dukedom as constable of the Tower he probably was in league with the prince's murderers. At the battle of Bosworth he commanded Richard's vanguard of archers. The "Jockey of Norfolk" fell while fighting alongside his sovereign.

    Thomas Howard. Second duke of Norfolk b. 1443d. May 21, 1524. Like his father, John Howard, he fought for the cause of Richard III at Bosworth, and after defeat spent four years in the Tower as prisoner of the new Tudor king, Henry VII (reign 1485 – 1509). On release he was created earl of Surrey and proved an indispensable servant of the new monarchy as lord treasurer (1501 – 22) and as military general on the Scottish border. He inflicted the decisive defeat on the Scots at the battle of Flodden Field on Sept. 9, 1513, and for this service was elevated to the dukedom in February 1514, and named lord admiral. He was guardian of the realm while Henry VIII (reign 1509 – 47) met Francis I, King of France, on the Field of the Cloth of Gold at Calais on June 7, 1520.

    Thomas Howard. Third duke of Norfolk b. 1473 d. Kenninghall, Norfolk, Aug. 25, 1554. He succeeded his father, Thomas, and also became lord treasurer. In 1495 he was married to Anne, daughter of Edward IV. A man of "very great experience in political government," as the Venetian ambassador noted, he clung to office despite the upheavals of the Reformation. He rebuilt Kenninghall Palace in the form of a letter H, and the grandeur of it and his new palace at Norwich outdid the buildings of his rival Cardinal Thomas Wolsey. Like his father he was a fearless soldier and an astute politician. He had led the vanguard at Flodden Field, and was created earl of Surrey in February 1514. At intervals he devastated the Scottish border and raided the French coast. He led the council's attack on Cardinal wolsey, and at the latter's fall Thomas became henry viii's most trusted adviser. His position had been strengthened by the king's marriage to his niece, Anne Boleyn (1533), and by his daughter's marriage to Henry's natural son, the Duke of Richmond. His enemies hoped that Anne's trial for adultery (1536) would bring down the whole house of Howard, but Norfolk, who presided, acquiesced in her execution, and scotched a rumor that he was to be sent to the Tower by remarking that it were no more likely than "Tottenham shall turn French."

    That autumn he was sent to suppress the pilgrimage of grace, the popular rising under Robert aske that was provoked by recent religious changes. At first he offered the rebels the choice of battle or submission, but at Doncaster, seeing their numbers so strong, he made a truce while their demands were forwarded to the king. In January under royal instruction he dealt with severity against the rebels, terrifying the north by his executions. In 1539 Norfolk put forward the Act of Six Articles, devised by Stephen gardiner, which restated the doctrinal position of the Henrician Reformation. The passing of this act pointed to the decline of Thomas Cromwell's power, and it was Norfolk who in June 1540 arrested Cromwell at the council table and sent him to the Tower. In July, to consolidate his position the duke promoted the marriage of his niece Catherine Howard with Henry, but the sordid business of her trial and execution in February 1542 brought the house of Howard into disrepute. Thereafter, though far too useful to be cast aside, Norfolk remained outside the inner ring of councilors. In 1544 he defeated the Scots at Solway Moss and as general of the army in France captured Boulogne, though he was soon replaced by Edward Seymour, Earl of Hertford and Duke of Somerset (1506? – 52).

    As the uncle of Prince Edward, Hertford was bent on becoming regent on the accession (1547), but to achieve this meant the overthrow of the Howards. A dynastic alliance between the families, proposed by Norfolk, foundered and before the end of 1546 he was in the Tower, for his son Henry Howard, Earl of Surrey, poet and soldier of renown, had played into Hertford's hands. Surrey, it was said, devised a plan for his sister, the widowed duchess of Richmond, to become Henry's mistress. He had designs on the regency himself and was indiscreet enough to quarter the royal arms with his own. There was sufficient evidence to send him to the block on January 19 on a technical charge of treason. Old Norfolk was compromised by his son's indiscretion. On January 29 King Henry appointed commissioners to give assent to the bill of attainder against the duke, but died during the night, so Norfolk's life was saved, though he remained a prisoner of state throughout Edward VI's reign. On Mary's accession (1553) he at once returned to power, and despite his age, he prepared for the coronation as lord treasurer and earl marshal. He died full of years and honors. Though he had suppressed the Pilgrimage of Grace and shared in the scramble for monastic lands, the third duke was essentially a conservative, and it was for political and dynastic reasons that he abhorred Protestantism and despised the New Learning.

    Thomas Howard. Fourth duke of Norfolk b. March 10, 1538 d. June 2, 1572. He was the son of Henry Howard, Earl of Surrey. After a year in the custody of Sir John Williams he was placed at Reigate (1548) under his aunt, the Duchess of Richmond, who engaged John Foxe (1516 – 87) as his tutor. Brought to court on Queen Mary's accession (1553) he was placed in the households successively of Bps. Stephen Gardiner and John White, who sought to eradicate the teaching of Foxe. In 1554 he became a gentleman of the chamber of the Infante, Philip of Spain, and that summer succeeded to the dukedom of his grandfather. In 1555 he married Mary Fitzalan, daughter of Henry, Earl of Arundel, but she died in childbirth in June 1557. In the first week of Elizabeth's reign (1558 – 1603) Thomas married Margaret Audley, widow of Lord Henry Dudley. As premier peer and sole duke he was connected by descent or alliance with most of the nobility. He was the richest landowner and his Liberty of Norfolk was the greatest private franchise in the kingdom. Despite his power as a territorial magnate that enabled him to return East Anglian and Sussex members of Parliament to Westminster, Elizabeth delayed taking him into her confidence. In December 1559 she appointed him lieutenant general in the war against the French in Scotland, which culminated in the treaty of Edinburgh, breaking the "Auld Alliance." There he came close to William Cecil (1520 – 98) and shared his suspicion of Robert Dudley, Earl of Leicester (1532? – 88), Elizabeth's favorite for seven years opposition to Dudley remained the basis of Norfolk's political action. On the queen's recovery from serious illness in October 1562 Dudley was made a privy councilor, and on Cecil's insistence Norfolk entered the council the same day to balance Leicester's power. Cecil, with the duke's enthusiastic support, began negotiations for Elizabeth's marriage to the Archduke Charles of Austria, which were to founder on the question of his right to a private Catholic chapel. In the Parliament of 1566 Norfolk was spokesman for the lords, insisting that Elizabeth should marry and settle the succession, and he displayed real political courage. As a result the Hapsburg negotiations were resumed, but the duke was too ill to attend the vital council meetings in the autumn of 1567 that settled the issue, and in his absence Leicester's intrigues for a French match and his stirring Protestant opinion against the Austrian alliance and its begetters wounded Norfolk.

    After Margaret Audley's death Norfolk married Elizabeth, widow of Lord Thomas Dacre, in January 1567. She was a devout Catholic. Her death in childbed that autumn brought him low and it was as a widower for the third time that he began to listen to the suggestion that he should marry mary stuart, queen of scots.

    Following Mary's flight to England Norfolk went as principal commissioner to York to investigate the charges brought against her in September 1568. Here William Maitland (1528? – 73), Mary's secretary for foreign affairs, whispered his proposal that a match with Mary would at a stroke solve the Scottish problem and the question of the succession in England. The duke had been openly mentioned as a consort for Mary on two earlier occasions, but now that the Casket Letters had convinced him of Mary's guilt in Lord Darnley's murder (1567) he was noncommittal. Elizabeth suspected that Norfolk was not behaving impartially toward Mary and recalled him from York to an enlarged commission in London. Intrigues and the double dealing of James Stewart, Earl of Moray (1531? – 70), here showed the duke in an unfavorable light and by the end of 1568 he had decided to go forward with the marriage scheme as the only avenue to power. To achieve this he made an uneasy alliance with Leicester and together they planned to get rid of William Cecil, then especially unpopular but Elizabeth stood by her secretary and his opponents could only pursue their goal by intrigue. Other schemes were devised, such as the design of Henry fitzalan, Earl of Arundel John Lumley Thomas, Earl of Northumberland and Charles, Earl of Westmorland, for liberating Mary with Spanish arms and deposing Elizabeth. In all these schemes Norfolk's marriage with Mary was a cardinal feature.

    Leicester prevaricated. He had insisted on obtaining Elizabeth's consent to the marriage himself and finally outwitted Norfolk. Elizabeth put Norfolk on his allegiance to deal no more with Mary and fearing for his life he fled from court to London and thence, on September 16, to Kenninghall. Having instructed the northern earls to call off their rising he went to Windsor to submit. The charges against him did not add up to high treason, but in the prevailing political uncertainty the Tower seemed the safest place for him, and the outbreak of the Northern Rebellion made an early release unlikely. In August 1570, after Norfolk had written a full submission, Elizabeth allowed him to go to the Charterhouse under strict supervision, on account of his health. Within weeks Roberto di Ridolfi (1531 – 1612), the Florentine banker, had him involved in his grand design for a Spanish invasion of England. Norfolk himself never signed the fatal letters to the Duke of Alva, Philip II, and the pope. With the unravelling of the Ridolfi conspiracy there was ample evidence to send Norfolk for trial on Jan. 16, 1572. Though he protested his innocence, his peers found him guilty. Elizabeth hesitated signing his death warrant but could not hold out indefinitely against the logic of statecraft, and the last duke of medieval creation was executed on June 2, maintaining his innocence and denying he was a Catholic. Though aloof and indecisive he remained a popular figure to the end.

    The dukedom did not pass to Thomas' eldest son, Philip howard, who lost the favor of Elizabeth I and was imprisoned allegedly for treason. Philip's eldest son, Thomas (1586 – 1646), however, was restored to the earldom of Arundel in 1604. The friend of the antiquaries Sir Robert Cotton and Sir Henry Spelman, he formed the first notable art collection in England. Out of sympathy with the court of Charles I (reign 1625 – 49), he left England for Italy before the civil war, but contributed £ 54,000 to the royalist cause, in recognition of which he was created earl of Norfolk on June 6, 1644. His second son, Henri (1608 – 54), a zealous royalist, fought at Edgehill, and upon his return to his estates found that they had passed into the possession of Parliament. By a vote of the House of Commons, he was allowed to compound them for £ 6,000 in 1648. Henry's son Thomas (1627 – 77), while in exile with his grandfather, developed brain fever from which he never recovered, but at the restoration of Charles II (reign 1660 – 85) he became the fifth duke of Norfolk by an act of Parliament on Dec. 29, 1660. He died unmarried, and with him the earldom of Arundel descended with the dukedom. His successors for the next century play little part in public affairs: Henry, sixth duke (1628 – 84), brother of Thomas, succeeded in 1677 Henry, seventh duke (1655 – 1701), son of Henry, succeeded in 1684 Thomas, eighth duke (1683 – 1732), nephew of Henry, succeeded in 1701 Edward, ninth duke (1685 – 1777), brother of Thomas, succeeded in 1732 Charles, tenth duke (1720 – 86), descendant of the seventh duke, succeeded in 1777.

    Charles Howard. Eleventh duke of Norfolk b. March 5, 1746 d. Norfolk House, London, Dec. 16, 1815. He had been a member of Parliament for Carlisle and turned Protestant during the gordon riots. Described as a hard drinker, he, with the Prince Regent George, set the fashion for late and boisterous dinners. At a political banquet (1798) he gave a toast to "our sovereign's health — the majesty of the people," which offended King George. He was dismissed from his posts. Charles took in hand the rebuilding of Arundel Castle (1791) and lived to see the completion of the new Baron's Hall (1815).

    Bernard Edward Howard. Twelfth duke of Norfolk b. Sheffield, Nov. 21, 1765 d. Norfolk House, London, March 19, 1842. The third cousin of Charles, Bernard was a Catholic and by an act of Parliament, was allowed to retain the hereditary dignity of earl marshal. He was admitted to the House of Lords after the Catholic Relief Bill (1829), and was named a privy councilor in 1830.

    Bernard Edward Howard. Thirteenth duke of Norfolk b. London, Aug. 12, 1791 d. Arundel Castle, Feb. 18, 1856. He succeeded his father, Bernard, and became the first avowed Catholic member of Parliament since 1688, being returned as member for Arundel on May 4, 1829, following the passage of Catholic Emancipation. As a supporter of Lord John Russell (1792 – 1878), he voted for the anti-Catholic Ecclesiastical Titles Bill (1850) and remained little more than Catholic in name until his deathbed reconciliation.

    Henry Granville Howard. Fourteenth duke of Norfolk b. London, Nov. 7, 1815 d. Arundel Castle, Nov. 25, 1860. He changed his surname to Fitzalan-Howard in 1842. He was a Whig member of Parliament for Arundel (1837 – 50) when he resigned his seat on the enactment of Russell's Ecclesiastical Titles Bill and broke with the Whigs. He was renowned for his zeal as a Catholic and for his charity.

    Henry Fitzalan-Howard. Fifteenth duke of Norfolk b. London, Dec. 27, 1847 d. there, Feb. 11, 1917. He succeeded in 1860 and was the first to play a notable part in public life since the Reformation. Educated under John Henry newman at the Oratory School, he became the recognized head of the English Catholic laity, and his influence aided Newman's election to the cardinalate in 1878. He was the first lord mayor of Sheffield and first mayor of Westminster. A Unionist, he resigned the post of postmaster general in 1900 to join the Imperial Yeomanry in South Africa. As earl marshal at the coronations of Edward VII (Aug. 9, 1902) and George V (June 22, 1911) he revised several ancient usages. He built churches at Arundel and at Norwich, the latter as a thank-offering for the birth of an heir to his second wife.

    Bernard Marmaduke Fitzalan-Howard. Sixteenth duke of Norfolk b. Arundel House, May 30, 1908. He officiated as earl marshal at the coronations of George VI (May 12, 1937) and Elizabeth II (June 2, 1953). Propriétaire terrien expérimenté, il a été co-secrétaire parlementaire du ministère de l'Agriculture (1941 &# x2013 45). Ses intérêts pour le sport et la campagne ont fait de lui une figure populaire et, en 1962 et 1963, il a été directeur de l'English Cricket XI lors de sa tournée australienne. Il a également dirigé les funérailles nationales de Sir Winston Churchill en 1965.

    Bibliographie: une. collins, La pairie d'Angleterre … , enl. s. e. brydges, 9 v. (Londres 1812). j. e. doyle, Le baronnage officiel d'Angleterre &# x2026 1066 &# x2013 1885, 3 v. (Londres 1885). e. loge, La pairie et le baronnage de l'Empire britannique tels qu'ils existent actuellement (70e éd. Londres 1901). w. dugdale, Le baronnage d'Angleterre … , 2 v. (Londres 1675 &# x2013 76). c. lire, éd., Bibliographie de l'histoire britannique : période Tudor, 1485 &# x2013 1603 (2e éd. New York 1959). w. chasse et al., Le dictionnaire de la biographie nationale des premiers temps à 1900, 63 v. (Londres 1885 &# x2013 1900 repr. avec corrections, 21 v., 1908 &# x2013 09, 1921 &# x2013 22, 1938 suppl. 1901 &# x2013 ) 10:1 &# x2013 76, j. était, Le dictionnaire de la biographie nationale des premiers temps à 1900, 63 v. (Londres 1885 – 1900 repr. avec corrections, 21 v., 1908 – 09, 1921 – 22, 1938 suppl. 1901 – ) 13:1114 – 35. p. hugues, La Réforme en Angleterre, 3 v. in 1 (5th, éd. rév. New York 1963). j. jaunir, Une histoire littéraire et biographique ou un dictionnaire bibliographique des catholiques anglais de 1534 à nos jours, 5 v. (Londres-New York 1885 &# x2013 1902 repr. New York 1961) 5:184 &# x2013 187. l. b. forgeron, Une tragédie Tudor : La vie et l'époque de Catherine Howard (New-York 1961). n.m. Guillaume, Thomas Howard, quatrième duc de Norfolk (Londres 1964).


    États Unis

    les états-unis d'Amérique Amérique du Nord ke ek des hae.

    (1956 - ) : En Dieu nous avons confiance

    Les États-Unis d'Amérique ke dher naam se jaana jaawe hae, jaise ki :

    • "Amérique"
    • "Les États Unis"
    • « États-Unis » ou « Les États-Unis »
    • « NOUS » ou « Les États-Unis »
    • "Les Etats-Unis d'Amérique"
    • "Les États"
    • "Les États-Unis d'A"
    • "L'Union"
    • "Oncle Sam"
    • "Estados Unidos de América"

    États-Unis ke fédéral sarkar ke tiin bhaag hae : branche exécutive, branche législative, aur branche judiciaire.

    USA ek république constitutionnelle fédérale hae jisme cinquante états aur ek district fédéral hae. Ii des centrales de l'Amérique du Nord me hae, jahaan pe iske quarante-huit états de pahila aur Washington, D.C., district de la capitale, Pacifique aur océans Atlantique ke biich me hae. Iske nord moi Canada aur sud moi Mexique hae. État de l'Alaska continent ke nord-ouest moi hae aur iske est moi Canada aur ouest moi Russie hae. État d'Hawaï ek Océan Pacifique ke biich me ek archipel hae. Usa ke aur territoire Caraïbes aur Pacifique me hae.

    Zone d'Iske 3,79 millions de miles carrés (9,83 millions de km²) hae aur abaadi 328 millions de lig hae, iske kaaran États-Unis, zone me dunia ke quatrième sab se barraa des hae a land abaadi me tiisra sab se barraa des hae.


    Voir la vidéo: 17 Kills in a Day - True Story of Hans-Joachim Marseille - WWII Historic Dogfights Recreation


Commentaires:

  1. Ordwine

    Quels mots ... super, brillante idée

  2. Lycaon

    Nakanezzto! Merci.!!!!!

  3. Rico

    Ce sujet est tout simplement incroyable :), je l'aime)))

  4. Padruig

    Félicitations, votre idée sera utile



Écrire un message