Temple de Surya, Konarak

Temple de Surya, Konarak


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Konark

Konark est une ville moyenne du district de Puri dans l'état d'Odisha, en Inde. Il se trouve sur la côte au bord de la baie du Bengale, à 60 kilomètres de la capitale de l'État, Bhubaneswar. [1] C'est le site du Temple du Soleil du XIIIe siècle, également connu sous le nom de Pagode noire, construit en granit noir sous le règne de Narasimhadeva-I. Le temple est un site du patrimoine mondial. [2] Le temple est maintenant en grande partie en ruines et une collection de ses sculptures est conservée au Musée du Temple du Soleil, qui est géré par l'Archaeological Survey of India.

Konark abrite également un festival de danse annuel appelé Konark Dance Festival, consacré aux formes de danse indienne classique, y compris la danse classique traditionnelle d'Odisha, Odissi. [3] En février 2019, le Konark Dance Festival (maintenant appelé Konark Music and Dance Festival) accueillera sa 33e édition. Le gouvernement de l'État organise également le festival annuel de Konark et le festival international d'art du sable [4] à la plage de Chandrabhaga de Konark.

Le 16 février 1980, Konark se trouvait directement sur la trajectoire d'une éclipse solaire totale [5] [6] [7]


Temple du Soleil Konark d'Orissa - Temple du 13ème siècle

Ce temple est dédié à Surya, le dieu solaire, ainsi qu'à Lord Brahma. Situé dans le village de Konark d'Orissa en Inde, ce temple est classé au patrimoine mondial depuis 1984.

L'histoire

On dit qu'il a été construit par le roi Narasimhadeva du Gange oriental afin de se vanter des succès militaires contre les envahisseurs musulmans en 1250 après JC. Les habitants croient que la puissance du temple réside dans les deux puissants aimants construits dans la tour, avec lesquels le trône du roi était suspendu dans les airs. Les marins européens l'ont surnommée la «pagode noire» parce que l'aimant était si puissant qu'il a modifié les modèles de marée, selon certaines légendes.

Au XV e siècle, l'armée musulmane de Yavana a saccagé Konarak. La statue centrale du temple a également été emmenée en contrebande à Puri par des prêtres car le temple a été gravement endommagé par l'attaque. Par la suite, le temple a été soumis à des conditions difficiles, la nature détruisant une grande partie de ses parties. La mer s'est retirée, le sable a englouti le bâtiment et les brises salées ont érodé la pierre.

Jusqu'au 20 e siècle, il avait été enseveli sous le sable lorsque les Britanniques ont commencé à le restaurer. Les archéologues britanniques ont trouvé les restes et restauré ce qui était possible des ruines. Ils ont également planté des arbres pour le protéger des vents destructeurs. Photo de Sandeep M V sur 500px.com

Selon le comte de Ronaldshay, "le temple est l'un des bâtiments les plus prodigieux de l'Inde qui se dresse en hauteur, un tas d'une grandeur écrasante même dans sa décadence".

Choses à voir au temple du soleil de Konark

Il y a un énorme char pour le dieu du soleil Surya qui a 12 paires de roues sculptées dans la pierre et une équipe de sept chevaux au galop. Mais un seul a survécu au temps. Photo de amit patel sur 500px.com

Le temple montre le passage du temps à travers les rayons et les roues. Photo de koushik pintu sur 500px.com

Les 12 paires de roues représentent 12 mois de l'année, et chaque rayon de chaque roue symbolise huit étapes idéales de la journée d'une femme. Les sept chevaux, quant à eux, montrent les jours de la semaine. L'une des roues de la conception du char du temple de Konark. Photo par ANIL SHARMA sur 500px.com

L'entrée est du côté est qui fait face à la mer, la façade a la salle des offrandes, qui a été ajoutée plus tard. Il y a une tour du sanctuaire au centre et un toit pyramidal. Le toit a trois niveaux couverts de statues, principalement des musiciens et des danseurs. Au-delà du porche se trouve la statue de Surya, qui a été sculptée dans de la pierre de chlorite verte, et est également un chef-d'œuvre de Konarak. La sculpture semble être celle de Surya portant de hautes bottes d'équitation, avec Aruna, l'aurige à ses pieds. Photo par Abhishek Jain sur 500px.com

Il y a aussi de nombreuses scènes érotiques Kamasutra sculptées le long des murs et des porches. En dehors de cela, on peut voir des divinités, des animaux, des motifs floraux, des femmes voluptueuses, des bêtes mythiques et des monstres aquatiques.

Comment aller là

Vous pouvez soit prendre le bus régulier ou une jeep pour Konark depuis Puri. C'est 33 km en voiture et prend environ une heure. Le dernier bus part à 18h30.

Ou, vous pouvez également prendre un pousse-pousse automatique qui coûte Rs. 250-300 aller-retour.


Magnétite

Les légendes décrivent une magnétite au sommet du temple du Soleil. En raison de ses effets magnétiques, les navires traversant la mer de Konark se sentaient attirés par elle, entraînant de lourds dommages. D'autres légendes mentionnent l'observation près de l'aimant du temple solaire de Konark, comme des effets de la magnétite qui ont perturbé les boussoles des navires, de sorte qu'elles ont mal fonctionné. Pour sauver leur expédition, les voyageurs musulmans ont emporté la pierre d'aimant, qui servait de pierre centrale, maintenant toutes les pierres du mur du temple en équilibre. En raison de son déplacement, les murs du temple ont perdu leur équilibre et sont finalement tombés. Mais les enregistrements de cet événement, ou d'un aimant si puissant à Konark, n'ont jamais été trouvés. Et ainsi, la pierre d'aimant s'ajoute à la liste des mystères du temple solaire de Konark.

Kalapahad, un nom qui cache l'histoire du temple du soleil de Konark à l'intérieur

La théorie la plus populaire sur la racine de la chute du temple solaire de Konark repose sur le Kalapahad. Selon l'histoire de l'Orissa, Kalapahad a envahi l'Orissa en 1508 de notre ère. Il a détruit le temple du soleil de Konark Odisha ainsi qu'un certain nombre de temples hindous à Odisha. Le temple Madala Panji de Puri Jagannath décrit comment Kalapahad a attaqué l'Orissa en 1568. Y compris le temple du soleil de Konark, il a cassé la plupart des images dans la plupart des temples hindous d'Orissa. Bien qu'impossible de briser le temple solaire de Konark, avec des murs de pierre de 20 à 25 pieds d'épaisseur, il a réussi à déplacer le Dadhinauti (pierre de l'Arche) et ainsi affaiblir le temple conduisant à son effondrement. Il a également cassé la plupart des images ainsi que les temples latéraux de Konark. En raison du déplacement des Dadhinauti, le temple s'est progressivement effondré et le toit du Mukasala a été endommagé, en raison des pierres tombant du haut du temple.

Par conséquent, l'Orissa est passée sous contrôle musulman en 1568 de notre ère, entraînant de fréquentes tentatives de destruction des temples hindous. Les Pandas de Puri, pour sauver la sainteté du temple de Puri, ont emporté le Seigneur Jagannath du Srimandir et ont gardé l'image dans un endroit secret. De même, les Pandas de Konark ont ​​enlevé la divinité qui présidait le temple du Soleil de Konark et l'ont enterré sous le sable pendant des années. Plus tard, des rapports indiquent que l'image a été transférée à Puri et conservée dans le temple d'Indra, dans l'enceinte du temple de Puri Jagannath. Selon certains, l'image Puja du temple de Konark reste à découvrir. Mais d'autres pensent que l'image du Soleil maintenant conservée au Musée national de Delhi constitue la divinité qui préside le temple Konark Sun.

Le culte du soleil dans le temple solaire de Konark, y compris les pèlerinages, s'est terminé par le retrait de l'image du temple. Le port de Konark a fermé en raison d'attaques de pirates. Konark réputé pour le culte du Soleil égalait sa renommée dans les activités commerciales, mais après que le Temple du Soleil a cessé d'attirer les fidèles, Konark est devenu désert, laissé pour disparaître dans des forêts denses pendant des années.

En 1626, le roi de Khurda, Raja Narasimha Dev, fils de Purusottam Dev, emporta l'image du Soleil à Puri avec deux autres divinités en mouvement : le Soleil et la Lune. Ils sont apparus dans un temple dans l'enceinte du temple Puri Jagannath.

Le temple Madala Panji de Puri a enregistré qu'en 1028, Raja Narasimha Dev a ordonné que des mesures soient prises pour tous les temples de Konark. Au moment de la mesure, la construction du temple du Soleil atteignait Amalak sila, c'est-à-dire environ 200 pieds de hauteur. Kalapahad n'avait détruit que ses Kalas, la pierre de couronnement et le Padma-dhwaja, le fleuron du lotus et les parties supérieures.

Comme décrit précédemment, un gigantesque bloc de pierre appelé Navagraha Paata avait été placé devant le Mukhasala. Le roi de Khurda a retiré le bloc, emportant de nombreuses sculptures du temple du soleil de Konark et a également construit certaines parties du temple de Puri avec elles. Pendant le règne de Marahatta, le mur extérieur composé du temple Puri avait été construit avec des pierres du temple du soleil de Konark.

Apparemment, parmi tous les temples, le Naata Mandir ou la salle de danse de Konark a été dans sa forme originale pendant la plus longue période. Considérée comme inutile, l'administration du Maharaja a intentionnellement brisé la structure.

En 1779 de notre ère, un Marhatta Sadhu avait emporté le pilier d'Arun à Konark et l'avait placé devant la porte du Lion du temple de Puri Jagannath. Ainsi, à la fin du XVIIIe siècle, Konark a perdu sa gloire, se transformant en une forêt dense, pleine de sable, remplie d'animaux sauvages et de la demeure des pirates. Apparemment, même les habitants craignaient d'aller à Konark en plein jour.


Contenu

Le nom Konark dérive de la combinaison des mots sanskrits Kona (coin ou angle) et Arka (le soleil). [9] Le contexte du terme Kona n'est pas clair, mais fait probablement référence à l'emplacement sud-est de ce temple, soit dans un complexe de temples plus vaste, soit par rapport à d'autres temples solaires du sous-continent. [12] Le Arka fait référence au dieu solaire hindou Surya. [9]

Le temple du Soleil de Konark, le temple Puri Jagannth et le temple Lingaraj de Bhubaneswar forment un triangle bilatéral et le temple de Konark est un Kone (point angulaire d'un triangle). Ainsi, le mot 'Kone' a un sens dans l'élaboration de la nomenclature.

Temple est situé dans un village éponyme (maintenant la zone NAC) à environ 35 kilomètres (22 mi) au nord-est de Puri et à 65 kilomètres (40 mi) au sud-est de Bhubaneswar sur la côte de la baie du Bengale dans l'État indien d'Odisha. L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Bhubaneswar. Puri et Bhubaneswar sont tous deux d'importants hubs ferroviaires reliés par Indian Railways'

Le temple du soleil de Konark a été construit en 1250 après JC pendant le règne du roi du Gange oriental Narsimhadeva-1 à partir de pierre sous la forme d'un char géant orné dédié au dieu solaire, Surya. Dans l'iconographie védique hindoue, Surya est représenté comme se levant à l'est et voyageant rapidement à travers le ciel dans un char tiré par sept chevaux. Il est généralement décrit comme une personne debout resplendissante tenant une fleur de lotus dans ses deux mains, chevauchant le char dirigé par l'aurige Aruna. [13] [14] Les sept chevaux sont nommés d'après les sept mètres de la prosodie sanskrite : Gayatri, Brihati, Ushnih, Jagati, Trishtubha, Anushtubha et Pankti. [14] Typiquement vu flanquant Surya sont deux femelles qui représentent les déesses de l'aube, Usha et Pratyusha. Les déesses tirent des flèches, symbole de leur initiative pour défier les ténèbres. [15] L'architecture est également symbolique, avec les douze paires de roues du char correspondant aux 12 mois du calendrier hindou, chaque mois appariés en deux cycles (Shukla et Krishna). [16]

Le temple de Konark présente cette iconographie à grande échelle. Il a 24 roues en pierre finement sculptées qui mesurent près de 3,7 m de diamètre et sont tirées par un ensemble de sept chevaux. [5] [2] [17] Vu de l'intérieur des terres pendant l'aube et le lever du soleil, le temple en forme de char semble émerger des profondeurs de la mer bleue portant le soleil. [18]

Le plan du temple comprend tous les éléments traditionnels d'un temple hindou sur un plan carré. Selon Kapila Vatsyayan, le plan au sol, ainsi que la disposition des sculptures et des reliefs, suivent la géométrie carrée et circulaire, formes trouvées dans les textes de conception du temple d'Odisha tels que le Silpasarini. [19] Cette structure de mandala informe les plans d'autres temples hindous à Odisha et ailleurs. [19]

Le temple principal de Konark, appelé localement le deul, n'existe plus. Il était entouré de sanctuaires subsidiaires contenant des niches représentant des divinités hindoues, en particulier Surya sous plusieurs de ses aspects. Les deul a été construit sur une haute terrasse. [5] Le temple était à l'origine un complexe composé du sanctuaire principal, appelé le rekha deul, ou bada deul (lit. grand sanctuaire). [18] Devant elle se trouvait le bhadra deul (lit. petit sanctuaire), ou jagamohana (lit. salle de réunion du peuple) (appelé un mandapa dans d'autres régions de l'Inde. [20] ). La plate-forme attenante s'appelait la pida deul, qui consistait en un carré mandapa avec un toit pyramidal. [18] Toutes ces structures étaient carrées à leur base, et chacune était recouverte de la pancharatha plan contenant un extérieur panaché. [18] La projection centrale, appelée la raha, est plus prononcé que les projections latérales, appelées kanika-paga, un style qui vise une interaction entre la lumière du soleil et l'ombre et ajoute à l'attrait visuel de la structure tout au long de la journée. Le manuel de conception pour ce style se trouve dans le Silpa Sastra de l'ancienne Odisha. [18] [21]

Deux fois plus larges que hauts, les murs de la jagamohana mesurent 100 pieds (30 m) de hauteur. La structure survivante a trois niveaux de six pidas chaque. Ceux-ci diminuent progressivement et répètent les motifs inférieurs. Les pidas sont divisés en terrasses. Sur chacune de ces terrasses se dressent des statues de musiciens. [5] Le temple principal et le jagamohana le porche se compose de quatre zones principales : la plate-forme, le mur, le tronc et la tête de couronnement appelée un mastaka. [22] Les trois premiers sont carrés tandis que le mastaka est circulaire. Le temple principal et le jagamohana différaient par la taille, les thèmes décoratifs et le design. C'était le tronc du temple principal, appelé le gandhi dans les textes de l'architecture hindoue médiévale, qui a été ruinée il y a longtemps. Le sanctuaire du temple principal est maintenant sans toit et la plupart des parties d'origine. [22]

Sur le côté est du temple principal se trouve le Nata Mandira (lit. temple de la danse). Il se dresse sur une haute plate-forme finement sculptée. Le relief sur la plate-forme est de style similaire à celui trouvé sur les murs survivants du temple. [5] Selon les textes historiques, il y avait une Aruna stambha (littéralement le pilier d'Aruna) entre le temple principal et la mandira Nata, mais il n'est plus là car il a été déplacé vers le Jagannatha à Puri au cours de l'histoire troublée de ce temple. [5] Selon Harle, les textes suggèrent qu'à l'origine le complexe était enfermé dans un mur de 865 pieds (264 m) sur 540 pieds (160 m), avec des passerelles sur trois côtés. [5]

Le temple du soleil était composé de trois types de pierre. [23] Du chlorite a été utilisé pour le linteau et les cadres des portes ainsi que pour certaines sculptures. La latérite a été utilisée pour le noyau de la plate-forme et les escaliers près de la fondation. Khondalite a été utilisé pour d'autres parties du temple. Selon Mitra, la pierre khondalite s'altère plus rapidement avec le temps, ce qui peut avoir contribué à l'érosion et accéléré les dommages lorsque des parties des temples ont été détruites. [23] Aucune de ces pierres ne se produit naturellement à proximité, et les architectes et artisans ont dû se procurer et déplacer les pierres de sources éloignées, probablement en utilisant les rivières et les canaux d'eau à proximité du site. [23] Les maçons ont ensuite créé des pierres de taille, dans lesquelles les pierres étaient polies et finies de manière à rendre les joints à peine visibles. [23]

Le temple d'origine avait un sanctum sanctorum principal (vimana), qui est estimée à 229 pieds (70 m) [17] de hauteur. Le principal vimana est tombé en 1837. Le principal mandapa salle d'audience (jagamohana), qui mesure environ 128 pieds (39 m) de haut, est toujours debout et constitue la principale structure des ruines survivantes. Parmi les structures qui ont survécu jusqu'à nos jours se trouvent la salle de danse (Nata Mandira) et la salle à manger (Bhoga mandapa). [2] [17]

Les murs du temple, de la base du temple aux éléments de couronnement, sont ornés de reliefs, dont beaucoup sont finis avec des détails miniatures de qualité bijou. Les terrasses contiennent des statues en pierre de musiciens masculins et féminins tenant divers instruments de musique, notamment le vina, le mardala, le gini, [24] D'autres œuvres d'art majeures incluent des sculptures de divinités hindoues, apsaras et des images de la vie quotidienne et de la culture des gens (artha et dharma scènes), divers animaux, créatures aquatiques, oiseaux, créatures légendaires et frises narrant les textes hindous. Les sculptures comprennent des motifs géométriques purement décoratifs et des motifs végétaux. [24] Certains panneaux montrent des images de la vie du roi, comme celle qui le montre recevant les conseils d'un gourou, où les artistes ont symboliquement représenté le roi comme beaucoup plus petit que le gourou, avec l'épée du roi reposant sur le sol à côté de lui. [25]

Les upana couche (moulante) au bas de la plate-forme contient des frises d'éléphants, des soldats en marche, des musiciens et des images illustrant la vie profane du peuple, y compris des scènes de chasse, une caravane d'animaux domestiques, des personnes portant des fournitures sur la tête ou avec l'aide char à bœufs, voyageurs préparant un repas au bord de la route et processions festives. [26] Sur d'autres murs se trouvent des images illustrant la vie quotidienne de l'élite comme du peuple. Par exemple, des filles se tordent les cheveux mouillés, se tiennent près d'un arbre, regardent par une fenêtre, jouent avec des animaux, se maquillent en se regardant dans un miroir, jouent d'instruments de musique comme le vina, chassant un singe qui essaie d'arracher des objets, une famille prenant congé de sa grand-mère âgée qui semble habillée pour un pèlerinage, une mère bénissant son fils, une enseignante avec des élèves, un yogi lors d'une séance debout asana, un guerrier accueilli avec un namaste, une mère avec son enfant, une vieille femme avec une canne et un bol dans les mains, des personnages comiques, entre autres. [27]

Le temple de Konark est également connu pour ses sculptures érotiques de maithunas. [28] Ceux-ci montrent des couples à divers stades de la parade nuptiale et de l'intimité, et dans certains cas, des thèmes coïtaux. Célèbres à l'époque coloniale pour leur célébration décomplexée de la sexualité, ces images sont incluses avec d'autres aspects de la vie humaine ainsi que des divinités généralement associées au tantra. Cela a conduit certains à proposer que les sculptures érotiques soient liées à la vama marga (tantra de la main gauche) tradition. [5] Cependant, cela n'est pas soutenu par les sources littéraires locales, et ces images peuvent être les mêmes kama et mithuna scènes trouvées intégrées dans l'art de nombreux temples hindous. [5] Les sculptures érotiques se trouvent sur le Shikhara du temple, et elles illustrent toutes les bandhas (mudra formulaires) décrits dans le Kamasutra. [20]

D'autres grandes sculptures faisaient partie des portes d'entrée du complexe du temple. Ceux-ci incluent des lions grandeur nature soumettant des éléphants, des éléphants soumettant des démons et des chevaux. Un pilier majeur dédié à Aruna, appelé le Aruna Stambha, se tenait devant l'escalier est du porche. Cela aussi était finement sculpté de frises et de motifs horizontaux. Il se dresse maintenant devant le temple Jagannatha à Puri. [29]

Divinités hindoues Modifier

Les niveaux supérieurs et la terrasse du temple Konark Sun contiennent des œuvres d'art plus grandes et plus importantes que le niveau inférieur. Ceux-ci incluent des images de musiciens et de récits mythologiques ainsi que des sculptures de divinités hindoues, y compris Durga dans son aspect Mahishasuramardini tuant le démon buffle qui change de forme (Shaktisme), Vishnu dans sa forme Jagannatha (Vaishnavism) et Shiva en tant que (largement endommagé) linga (shaivisme). Certaines des frises et sculptures les mieux conservées ont été retirées et déplacées dans des musées en Europe et dans les grandes villes de l'Inde avant 1940. [30]

Les divinités hindoues sont également représentées dans d'autres parties du temple. Par exemple, les médaillons des roues de char du temple de Surya, ainsi que les anuratha oeuvre de la jagamohana, montrez Vishnu, Shiva, Gajalakshmi, Parvati, Krishna, Narasimha et d'autres divinités. [31] Également présent sur le jagamohana sont des sculptures de divinités védiques telles que Indra, Agni, Kubera, Varuna et Âdityas. [32]

Modifier le style

Le temple suit le style traditionnel de l'architecture Kalinga. Il est orienté vers l'est pour que les premiers rayons du soleil frappent l'entrée principale. [2] Le temple, construit à partir de roches Khondalite, [33] [34] a été construit à l'origine à l'embouchure de la rivière Chandrabhaga, mais la ligne de flottaison a reculé depuis lors. [ citation requise ] Les roues du temple sont des cadrans solaires, qui peuvent être utilisés pour calculer le temps avec précision à la minute près. [35]

Autres temples et monuments Modifier

Le complexe du temple du soleil de Konark possède des ruines de nombreux sanctuaires et monuments subsidiaires autour du temple principal. Certains d'entre eux incluent :

  • Temple de Mayadevi – Situé à l'ouest, daté de la fin du XIe siècle, avant le temple principal. [36] Il se compose d'un sanctuaire, d'un mandapa et, avant elle, une plate-forme ouverte. Il a été découvert lors de fouilles menées entre 1900 et 1910. Les premières théories supposaient qu'il était dédié à la femme de Surya et ainsi nommé le temple Mayadevi. Cependant, des études ultérieures ont suggéré qu'il s'agissait également d'un temple Surya, bien qu'un plus ancien qui ait été fusionné dans le complexe lors de la construction du temple monumental. [37] Ce temple possède également de nombreuses gravures et un carré mandapa est surmonté d'un sapta-ratha. Le sanctuaire de ce temple Surya dispose d'un Nataraja. D'autres divinités à l'intérieur incluent un Surya endommagé tenant un lotus, ainsi qu'Agni, Varuna, Vishnu et Vayu. [38]
  • Temple de Vaishnava – Situé au sud-ouest du soi-disant temple Mayadevi, il a été découvert lors de fouilles en 1956. Cette découverte était importante car elle confirmait que le complexe du temple du soleil de Konark vénérait toutes les principales traditions hindoues et n'était pas un lieu de culte exclusif pour le saura culte comme on le croyait auparavant. Il s'agit d'un petit temple avec des sculptures de Balarama, Varaha et Vamana-Trivikrama dans son sanctuaire, le marquant comme un temple Vaishnavite. Ces images sont montrées comme portant dhoti et beaucoup de bijoux. L'idole principale du sanctuaire manque, tout comme les images de certaines niches du temple. [39] L'importance du site en tant que lieu de pèlerinage vaishnavisme est attestée dans les textes vaishnava. Par exemple, Chaitanya, l'érudit du début du XVIe siècle et fondateur de Gaudiya Vaishnavism, a visité le temple de Konark et a prié dans ses locaux. [40]
  • Cuisine – Ce monument se trouve au sud de la bhoga mandapa (salle d'alimentation). Il a également été découvert lors de fouilles dans les années 1950. Il comprend des moyens d'amener de l'eau, des citernes pour stocker l'eau, des drains, une sole de cuisson, des dépressions dans la sole probablement pour piler des épices ou des grains, ainsi que plusieurs fours triples (chulahs) pour cuisiner. Cette structure peut avoir été pour des occasions festives ou faire partie d'une salle d'alimentation communautaire. [41] Selon Thomas Donaldson, le complexe de cuisines a peut-être été ajouté un peu plus tard que le temple d'origine. [42]
  • Eh bien 1 – Ce monument situé au nord de la cuisine, vers son flanc est, a probablement été construit pour alimenter en eau la cuisine communautaire et bhoga mandapa. Près du puits sont un pilier mandapa et cinq structures, certaines avec des marches semi-circulaires dont le rôle n'est pas clair. [43]
  • Eh bien 2 – Ce monument et les structures associées se trouvent à l'avant de l'escalier nord du temple principal, avec des repose-pieds, une plate-forme de lavage et un système d'évacuation des eaux de lavage. Il a probablement été conçu pour l'usage des pèlerins arrivant au temple. [44]

Une collection de sculptures tombées peut être vue au Musée archéologique de Konark, qui est maintenu par l'Archaeological Survey of India. [45] La partie supérieure tombée du temple aurait été parsemée de nombreuses inscriptions. [46]


Conseils utiles

  1. Chaque année, fin janvier, des milliers de pèlerins se rendent au Temple du Soleil à Konarak, en Inde, pour célébrer Paramasura. On pense que ce jour-là, vous pouvez rencontrer Surya lui-même, le dieu du soleil. Cette célébration est très similaire à notre nouvel an ou à Noël. Le même mois, un festival de danse indienne a lieu en Inde.
  2. Les croyants prétendent qu'après avoir visité le Temple du Soleil en Inde, la vie d'une personne ne sera plus la même, car dans l'âme de chacun reste un morceau de Surya.
  3. Les scientifiques disent que l'emplacement du temple dans un endroit anormal contribue au fait qu'une personne (en particulier un pèlerin) cesse d'avoir besoin de nourriture et de sommeil, augmente considérablement le désir sexuel. Dans le même temps, il est souligné qu'il est préférable que les personnes ayant une mentalité faible ne fréquentent pas du tout le temple.
  4. Les touristes recommandent de visiter le temple Surya à Konarak uniquement avec un guide. Vous pouvez engager un guide juste à l'entrée de l'attraction.
  5. Les voyageurs disent qu'il est préférable de visiter le temple Surya le soir, lorsque les derniers rayons du soleil illuminent les anciens murs.

Le Temple du Soleil à Konarak est un endroit idéal pour recharger vos batteries et découvrir la culture de l'Inde.


Temple de Surya, Konarak - Histoire


La source ultime d'informations sur les temples indiens


Temple du Soleil de Konark

Demeures de Surya
Temples d'Orissa

Konark est l'une des attractions touristiques bien connues de l'Orissa. Konark, Konark abrite un temple colossal dédié au dieu solaire. Même dans son état de ruine, c'est un magnifique temple reflétant le génie des architectes qui l'ont imaginé et construit. Bhubaneshwar, Konark et Puri constituent le triangle d'or de l'Orissa, visité en grand nombre par les pèlerins et les touristes.

Konark est également connu sous le nom Konaditya. Le nom Konark est dérivé des mots Kona - Coin et Arka - Sun il est situé sur le coin nord-est de Puri ou le Chakrakshetra. Konark est également connu sous le nom de Arkakshetra.

Ce temple construit en 1278 CE par le Ganga roi Narasimha Deva est l'un des plus grands temples de l'Inde et a été appelé le Pagode noire. Les ruines de ce temple ont été fouillées à la fin du XIXe siècle. La tour au-dessus de la Garbagriha est manquante, mais le Jagmohana est intact, et même dans cet état, il est impressionnant.

Légende L'a-t-il que Samba, le roi de Krishna et Jambavati sont entrés dans la chambre de bain des épouses de Krishna, et ont été maudits par Krishna avec la lèpre. Il a été décrété qu'il serait soulagé de la malédiction en adorant le dieu soleil sur la côte de la mer au nord-est de Puri. En conséquence, Samba a atteint Konaditya Kshetra et a découvert une image de Surya assis sur le lotus, l'a adoré et a été soulagé de sa malédiction.

On dit que le temple n'a pas été achevé tel que conçu parce que la fondation n'était pas assez solide pour supporter le poids du lourd dôme. La croyance locale veut qu'il ait été entièrement construit, mais son dôme magnétique a fait s'écraser des navires près du bord de mer, et que le dôme a été retiré et détruit et que l'image du dieu solaire a été emmenée à Puri.

Le temple: Le temple de Konark est largement connu non seulement pour sa grandeur architecturale, mais aussi pour la complexité et la profusion de son travail sculptural. L'ensemble du temple a été conçu comme un char du dieu solaire avec 24 roues, chacune d'environ 10 pieds de diamètre, avec un ensemble de rayons et de sculptures élaborées. Sept chevaux traînent le temple. Deux lions gardent l'entrée, écrasant les éléphants. Un escalier mène à l'entrée principale.

Le nata mandir devant le Jagamohana est également finement sculpté. Autour de la base du temple, et jusqu'aux murs et au toit, se trouvent des sculptures de style érotique. Il y a des images d'animaux, de feuillages, d'hommes, de guerriers à cheval et d'autres motifs intéressants. Il y a trois images du Dieu Soleil, positionnées pour capter les rayons du soleil à l'aube, à midi et au coucher du soleil.

Les Melakkadambur temple de Shiva, construit sous la forme d'un char pendant l'âge de Kulottunga Chola I (1075-1120), est le plus ancien de ce genre, et est encore dans un état bien conservé. On pense que ce temple a donné le ton à la ratha (char) temples vimana en Inde, en tant que descendant éloigné de Kulottunga I sur la lignée féminine, et le célèbre oriental Le souverain du Gange Narasimha Deva, a construit le Temple du Soleil à Konark sous la forme d'un char au 13ème siècle. Kulottunga Chola est également crédité d'avoir construit le temple Suryanaar près de Kumbhakonam. Les temples dédiés au Soleil ne sont pas une caractéristique courante dans la région de langue tamoule du sous-continent indien.

Voir également:
Histoire du temple d'Orissa
Temples du Soleil en Inde

Temple Dakshinaarka à Gaya
Temple du Soleil à Modhera
Temple Bhramanya Dev à Unao

Temple de Melakkadambur Shiva
Temple Daarasuram Airavateeswarar


C'est pourquoi le temple du soleil de Konark est si célèbre !

Le temple du soleil de Konark, communément appelé Arkakshetra, est un temple du soleil du XIIIe siècle situé à Konark à Odisha. C'est une merveille architecturale de l'Inde orientale et un symbole du patrimoine indien.

Le temple, également connu sous le nom de pagode noire, est situé à environ 35 kilomètres au nord-est de Puri sur la côte d'Odisha.

Le temple est une représentation monumentale du char gigantesque du dieu solaire Surya avec douze paires de roues magnifiquement ornées, traînées par sept chevaux cabrés.

Selon Odisha Tourism, le sanctuaire principal (229 pieds de haut) a été construit avec la salle d'audience (128 pieds de haut) avec des projections externes élaborées. Le sanctuaire principal qui enchâssait la divinité qui présidait est tombé.

La salle d'audience survit dans son intégralité, mais des deux autres, à savoir la salle de danse (Nata Mandir) et la salle à manger (Bhoga-Mandap), seules de petites parties ont survécu aux caprices du temps. L'enceinte du Temple mesure 857 pi sur 540 pi.

L'endroit connu sous le nom de Konark Surya Mandir a attiré des milliers de visiteurs de différentes parties du monde.

Dédié au dieu solaire hindou Surya, il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1984.

Le monument du XIIIe siècle est actuellement en ruine. Cependant, il continue d'attirer des milliers de touristes pour sa beauté architecturale qui témoigne de la créativité sans limite des artistes orissannais et de leur contribution au trésor de l'art indien et de la technique de construction. Les images du temple de Konark sont fascinantes.

L'Archaeological Survey of India (ASI) a été chargé de la conservation du temple.

Que représente Konark ?

Le nom Konark est dérivé du nom de la divinité qui préside Konark, qui signifie l'Arka (soleil) de Kona (coin). Le Kona ou le coin l'est vraisemblablement par rapport à Trikona, dans la direction du coin dans lequel le temple a été érigé.

Les mythes et le folklore racontent que le temple du soleil de Konark a été construit à l'origine à l'embouchure d'une rivière nommée Chandrabhaga, mais qu'au fil du temps, la rivière s'est asséchée. Le rivage actuel est à environ 3 km du temple.

Histoire et faits du temple de Konark

Narasimha Deva I, populairement connu sous le nom de Langula Narasimha, (AD 1238-1264), le grand monarque du Gange dont le royaume s'étendait du Gange au nord jusqu'au Godavari au sud est reconnu pour avoir construit le colossal Konark Surya Mandir (Konark Sun temple).

Bien qu'il n'y ait aucune mention dans les archives de Narasimha lui-même, une inscription sur plaque de cuivre (verset 86) de Narasimha II, datant de l'année Saka 1217 (1295 après JC) enregistre que le roi Narasimha a construit à Kona-Kona, un lieu de grande renommée, un temple où le Soleil vit avec les autres dieux, qui est également répété dans les vers élogieux des dirigeants successifs du Gange.

Le roi Narasimha du verset a été considéré comme Narasimha I de la dynastie Ganga, qui, selon la chronologie, a régné en Orissa de 1238 à 1264 après JC. Dans la littérature et la tradition, Narasimha-I est appelé Langula Narasimha.

Dans le Madala Panji, il est rapporté que Langula Narasimha Deva a jeté les bases du temple dans le Thirdanka. Il est également mentionné qu'il a nommé Shivai Samantara Mahapatra comme surintendant pour la construction du temple.

L'image de Surya a été installée le dimanche, le septième jour de Magha Sukla Paksha (Magha Shukla Saptami), 1258 après JC.

On pense que 1200 artisans ont achevé le grand monument après 12 longues années et la consécration du temple a eu lieu dimanche qui tombe sur Magha Shukla Saptami. The name of the chief architect was Bishu Maharana.

Myths and mystery associated with Konark Sun Temple

According to Puranas, Samba, son of Sri Krishna and Jambavati was overly proud of his handsome appearance and once ridiculed the divine sage Narada. Narada who even ordinarily was known as a mischief-maker, took recourse to an unsaintly scheme to avenge himself. By a cunning device he led Samba to the secret bathing place of his stepmothers who were struck with his personal charm and wanted to enjoy his company. Slipping quietly, Narada led Krishna to this spot. Incensed at his son’s apparent lack of propriety, Krishna cursed him to be smitten with leprosy which would obviously affect his beauty.

Panic-stricken Samba pleaded his innocence, but as the curse could not be withdrawn, he was advised to practice penance in the Maitreyavana/ Mitravana, near the Chandrabhaga river for 12 years to propitiate Surya (Sun God), the healer of all skin diseases to cure him of his disease.

Samba acted upon the advice. After 12 years of severe penance, Samba succeeded in pleasing the Sun God and was cured of his illness. In gratitude, he decided then and there to erect a temple in honour of God.

The next morning, while Samba was taking bath in the Chandrabhaga, he discovered an image of Surya standing on a lotus pedestal holding two lotuses in both hands.

He carried the image to his Ashrama (hermitage in the Mitravana) and installed it in a temple built by him.

According to the Bhavishya Purana, as the local Brahmins did not agree to worship the image, Samba brought eighteen Maga/ Magha families (the sun worshippers) from Shakadvipa (Iran) who not only performed the rituals but also popularized the cult of sun worship in this part of the country.

Festivals associated with Konark Mandir

Magha Saptami and Samba Dashami are the two most important festivals of Konark Sun temple. Magha Saptami falls on the 7th day of the bright half of the Hindu month of Magha. The day is also known as Ratha Saptami, which is marked as the birthday of Lord Surya.

Thousands of pilgrims gather to take a holy dip in the Chandrabhaga River every year. However, the river has been reduced to a shallow pond. Besides, a fair is organized on this occasion known as the Chandrabhaga Mela.

?

Samba Dashami is celebrated on the 10th day of the waxing phase of the moon in Pausha month, as per the traditional Odia calendar.

Relation between Konark Temple and Puri Jagannath Temple

In the 18th century, the chlorite pillar, called Aruna Stambha was shifted to Puri by the Marathas who planted it in front of the Jagannath temple.

Communication to Konark Mandir

The place is well connected by good all-weather motorable roads from capital city Bhubaneswar and Puri, the district headquarters. The road distance is about 70 km from Bhubaneswar and 35 km from Puri on marine drive.

The nearest railway stations are Bhubaneswar and Puri. Several trains are connecting to Puri from across the country. The nearest airport is Biju Patnaik International Airport in Bhubaneswar.

Entrance Fee:

Citizens of India and visitors of SAARC: (Bangladesh, Nepal, Bhutan, Sri Lanka, Pakistan, Maldives, and Afghanistan) and BIMSTEC Countries (Bangladesh, Nepal, Bhutan, Sri Lanka, Thailand, and Myanmar) – Rs 40 per head.

Others: Rs 600/- per head (children up to 15 years free)

The magnificent Sun Temple at Konark is the culmination of Odisha temple architecture, and one of the most stunning monuments of religious architecture in the world.

The article has been prepared with inputs from Orissa Review (Antiquity of Arkakshetra Konark by Dr. Benudhar Patra)

  • &larr Previous Odisha to prepare roadmap for green energy: Minister
  • Pragya Singh Thakur removed from defence committee Next &rarr

Key Facts & Information

L'HISTOIRE

  • The Konark Sun Temple was built by King Narasimhadeva of the Eastern Ganga dynasty in 1250 CE.
  • The Eastern Ganga’s greatest king, Anantavarman Chodaganga, ruled the kingdom in the Kalinga region in eastern India (present-day Odisha) for about 70 years. He was a patron of the arts who greatly favored temple building, leading to the construction of the great temple of the god Jagannatha and the Konark.
  • His most notable successor, Narasimhadeva I, completed the construction of both the Jagannatha temple and the Konark.
  • The exact reason for its building is unknown, but many historians theorize that the king did so either to express gratitude for wish-fulfillment or to commemorate a conquest.

ARCHITECTURE

  • The word “konark” comes from two sanskrit words, kona, meaning “corner or angle”, and arka, which means the “sun”. It means that the main deity of the temple was the sun god and that it was in an angular format.
  • Built entirely from stone, the Konark is conceived as a giant chariot with 12 pairs of wheels representing the 12 months of the year. This is a reflection of the belief that Surya is usually found on a chariot pulled by seven horses, a constant depiction of the sun god in any work of art.
  • The Konark follows the Kalinga or Orissa style of architecture – a subset of the nagara style, one of the three Hindu temple architecture styles in India. In the nagara style, the ground plan is in the form of a square with a sanctuary and assembly hall called mandapa and a huge curvilinear tower inclining inwards and capped called shikhara.
  • Despite it being in the eastern region, King Anantavarman built the temple using the nagara style probably because he dominated many areas in northern India as well, where the nagara style was prevalent.
  • There are two main characteristics under the Orissa style: the jaganamohana or assembly hall, and the deul or sanctum housing the deity covered by the shikhara.
  • The Konark follows the style used in the Lingaraja temple, built around 1100 CE in the present-day city of Bhubaneshwar, the capital state of Odisha, with the temple at the center of a large quadrangular court.
  • Today, only the mandapa and jaganamohana of the Konark remain.
  • The reason for the collapse of the deul and shikhara is still unknown, but the main belief is that they crumbled gradually. Others, however, question whether the temple was ever completed.

DISCOVERY AND RESTORATION

  • The Konark was visited by Scottish historian James Fergusson in 1837.
  • Fergusson was known for rediscovering ancient Indian antiquities and architectural sites.
  • After his visit to the temple, Fergusson prepared a drawing where he estimated the height of the remaining portion to be between 42.67 and 45.72 meters.
  • By 1868, a local raja (king) who was building his own temple removed some sculptures from the Konark, leaving the site looking like no more than a mass of stones covered with trees. Somehow, the temple itself was saved from being used to build a lighthouse. Fergusson also said that the locals actively removed the fallen stones and took the iron cramps and dowels from the temple.
  • Lt. Governor John Woodburn initiated the restoration of the temple by launching a well-planned campaign and adopting suitable measures.
  • From 1900 onwards, conservation activities picked up speed with the Archaeological Survey of India in conserving and maintaining the site since 1939.
  • In 1984, the United Nations Educational, Scientific, and Cultural Organization (UNESCO) declared it a world heritage site.

LEGENDS AND RELATED LITERARY WORK

  • Many believe that the Konark is the most sacred place for the worship of Surya in the entire Odisha region. It is often given the same mythological significance as the Puranas.
  • It is said that Samba, one of the god Krishna’s many sons, built a temple for Suya in gratitude for healing his skin ailment. Although originally associated with a sun temple in northwestern India, the story was shifted to the Konark “to enhance the sanctity of the new center”, which had emerged over time as an important site for sun worship.
  • Many literary works written during the medieval period show that, along with the Jagannatha temple, the Konark was used as a landmark by sailors wandering in the Bay of Bengal, with early Europeans referring to the former as the “White Pagoda” and the latter as the “Black Pagoda”.

HINDU GOD SURYA

  • The Konark Sun Temple was built to honor the Hindu Sun God Surya.
  • The name Surya is a Sanskrit term for “sun”. This God in ancient Indian literature is also known as Aaditya, Arka, Bhanu, Savitr, Pushan, Ravi, Martanda, Mitra, Bhaskara, and VIvasvan.
  • Surya is among the five deities in order to achieve the highest Universal Principle or the Ultimate Reality in the universe, Brahman, in the Smarta Tradition.
  • The Konark Sun Temple was named after “Kona and Arka” or “Arka in the corner”.
  • Surya is often portrayed as a god riding a chariot harnessed by seven horses. These horses represent the seven colors of white light and the seven days in a week.
  • During the middle ages of Hinduism, Suyra was also used to describe the major Hindu gods Shiva, Brahma, and Vishnu.
  • In other old texts and arts, Surya is depicted together with Idnra, Ganesha or other Hindu gods.

Konark Sun Temple Worksheets

This is a fantastic bundle which includes everything you need to know about the Konark Sun Temple across 19 in-depth pages. Ceux-ci sont ready-to-use Konark Sun Temple worksheets that are perfect for teaching students about the Konark Sun Temple which is the most famous sun temple built in India during the 13th century CE. It is dedicated to the Hindu Sun God Surya.

Complete List Of Included Worksheets

  • Konark Sun Temple Facts
  • The Sun Temple
  • Fast Facts
  • More Questions
  • Tell Me More
  • Other Temples
  • Quote for the Sun Temple
  • Kalinga Architecture
  • Stone Structure
  • Invitation to Konark
  • When in Odisha

Lier/citer cette page

If you reference any of the content on this page on your own website, please use the code below to cite this page as the original source.

Use With Any Curriculum

These worksheets have been specifically designed for use with any international curriculum. You can use these worksheets as-is, or edit them using Google Slides to make them more specific to your own student ability levels and curriculum standards.


Temple of Surya, Konarak - History

Introduction

Konarak is a village located at a distance of 66 km from Bhubaneswar, the capital of Orissa and is famous for the Sun Temple, which marks the highest point of achievement in the temple construction of Kalinga order in Orissa. The Sun Temple, even in the ruined form presents a majestic appearance in the midst of vast stretch of sand. The name is after the presiding deity Konarka, the meaning of which is Arka (Sun) of kona (corner). The European travellers called the main temple as ‘Black Pagoda’ while the Puri Temple was known as ‘White Pagoda’, probably due to the colour of these temples when viewed from a distance from the coast. The black colour of Sun Temple could be due to the accumulation of moss, lichen and other fungal growth which turned the surface of the temple into black colour.

The legends attribute the temple to the Puranic age, and references are found in the Bhavishya and Samba Purana. This tradition is carried forward in the Kapila-Samhita, the Madala-panji (chronicle of the Jagannatha temple of Puri) and the Prachi-mahatmya. The traditions attribute the construction of the temple to Samba, the son of Lord Krishna, who after a curse suffering from leprosy, did a severe penance for twelve years to get himself cured. Samba cured of his illness by the god, decided to construct the temple, and took a holy dip in Chandrabhaga and discovered the image of god, which was fashioned out of Surya’s body by Visvakarma. The tradition also attributes that Samba installed this image in the temple built by him in Mitravana.


Konark

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Konark, aussi orthographié Konarak, Konarka, ou Kanarak, historic town, east-central Odisha state, eastern India, on the Bay of Bengal coast. It is famous for its 13th-century Surya Deula (or Surya Deul), popularly known as the Sun Temple.

The town’s name is derived from the Sanskrit words kona (“corner”) and arka (“sun”), a reference to the temple, which was dedicated to the Hindu sun god Surya. It was designed to represent his chariot, with 12 huge carved stone wheels and 7 stone horses around its base. The Surya Deula is about 100 feet (30 metres) high and would have surpassed 200 feet (60 metres) in height at its completion. The exterior is covered with sculptured decorations, many depicting erotic scenes.

The town and the temple are associated with the legend of Samba, the son of the Hindu deity Krishna, who was cured of leprosy by the sun god’s blessings. Evidence suggests that the temple was built by Narasimha I (reigned 1238–64) about 1250. It represents the culmination of the Orissan school of temple architecture. Formerly called the Black Pagoda because of the many shipwrecks that occurred off the coast, the temple was used as a navigation landmark by European mariners sailing to Calcutta (now Kolkata). From the 15th to the 17th century, the temple was sacked various times by Muslim armies. By the 19th century, much of the temple had been weathered and ruined. Under British rule, sections of the temple complex were restored, but much of it remained in ruins. The complex was designated a UNESCO World Heritage site in 1984.

About 6 miles (10 km) from the town is Ramchandi Temple on Ramchandi beach, on the bank of the Kushabhadra River, which empties into the Bay of Bengal. In general, the beaches at Konark and beyond are famous for their festivals. Pop. (2001) 15,013 (2011) 16,779.


Voir la vidéo: CID - Episode 963 - 8th June 2013