Chronologie de Ménélas

Chronologie de Ménélas


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


La chronologie de la guerre de Troie

Paris est resté à la maison de Ménélas et a été invité à un festin, où il a posé les yeux sur Helen, et plus tard dans la nuit, Paris a kidnappé Helen et Ménélas a été dévasté.

Les aventures de Ménélas

Ménélas a pris Helen et s'est dirigé vers la maison. Ses navires ont été dispersés par une tempête et il s'est retrouvé en Egypte, mais n'a pas pu aller plus loin. Une nymphe de la mer lui a dit de demander de l'aide au dieu Protée, mais il a dû attraper et tenir le dieu pour obtenir son aide. Ménélas a attrapé Protée, qui s'est transformé en de nombreuses créatures différentes pendant que Ménélas tenait bon. Protée lui dit de retourner en Égypte et de faire des offrandes aux dieux pour un bon vent, et lui raconta la mort d'Ajax et d'Agamemnon. Ménélas rentra chez lui et vécut heureux pour toujours avec Helen.

La mort d'Agamemnon

Quand Agamemnon est revenu avec Cassandra, Clytemnestre a fait toute une histoire à son sujet. Elle l'a fait marcher sur un tapis rouge et l'a invité à prendre un bain. Elle lui jeta un filet et le tua à coups de hache. Puis elle partit avec la hache vers Cassandra, qui savait ce qui allait se passer et était heureuse parce qu'elle avait sa revanche sur Agamemnon.

Mort d'Hector

Après la mort de Patrocle, Achille a rejoint la bataille. Il a affronté Hector et l'a poursuivi autour des murs de Troie. Hector lui a demandé de rendre son corps aux Troyens s'il était tué, mais Achille a refusé et l'a tué. Puis il traîna le corps d'Hector derrière son char et décida d'enterrer Patrocle.

Mort de Patrocle

Agamemnon, Diomède et d'autres chevaux de Troie ont été blessés pendant la bataille et Achille a toujours refusé de se battre. Il envoya son ami Patrocle mener les Myrmidons au combat. Patrocle tua Sarpédon puis poursuivit les Troyens. Hector tua Patrocle et prit son armure.

Jeux Funéraires

Après les funérailles de Patrocle, les Grecs organisèrent des jeux funéraires. Dans la course de chars, Diomède a gagné et Antilochus a devancé Ménélas avec une conduite imprudente. Ménélas a refusé de prendre la dernière place parce qu'il a dit que c'était injuste, et Antilochus lui a laissé le deuxième prix. En lutte, Ulysse a vaincu Ajax en le frappant derrière le genou. Ulysse a également battu l'Ajax dans la course à pied. Achille était encore bouleversé par la mort de Patrocle.

Dernier combat d'Achille

Apollon dit à Paris de tirer une flèche empoisonnée sur Achille. Cela aurait échoué, mais Achille s'est retourné et la pointe de la flèche lui a transpercé le talon. Il est tombé et son corps a été piétiné.

L'arc est plié

Pénélope a dit qu'elle épouserait l'homme qui pourrait tendre l'arc d'Ulysse et envoyer une flèche à travers les trous de douze haches alignées. Les prétendants ont essayé mais ont échoué, et le mendiant a demandé s'il pouvait essayer. Il l'a fait facilement, puis a tiré sur Antinoüs, puis lui et Télémaque ont tué le reste des prétendants. Penelope ne croyait pas que c'était son mari. Maintenant qu'Ulysse était rentré chez lui, la guerre de Troie était vraiment terminée.

L'hôte rassemble

La bataille a commencé et Achille a combattu avec Cycnus. Achille a étranglé Cycnus par les sangles de son casque.


Chronologie de Ménélas - Histoire

Les débuts de la trigonométrie

Joseph Chasse
Histoire des mathématiques
Rutgers, printemps 2000

Les anciens Grecs ont transformé la trigonométrie en une science ordonnée. L'astronomie a été le moteur des progrès de la trigonométrie. La plupart des premiers progrès de la trigonométrie concernaient la trigonométrie sphérique, principalement en raison de son application à l'astronomie. Les trois principaux personnages que nous connaissons dans le développement de la trigonométrie grecque sont Hipparque, Ménélas et Ptolémée. Il y avait probablement d'autres contributeurs, mais au fil du temps, leurs œuvres ont été perdues et leurs noms ont été oubliés.

"Même s'il ne l'a pas inventé, Hipparque est la première personne dont nous avons la preuve documentaire de l'utilisation systématique de la trigonométrie." (Heath 257) Certains historiens vont jusqu'à dire qu'il a inventé la trigonométrie. On ne sait pas grand-chose de la vie d'Hipp archus. On pense qu'il est né à Nicée en Bithynie. (Sarton 285) La ville de Nicée s'appelle maintenant Iznik et est située dans le nord-ouest de la Turquie. Fondée au 4ème siècle avant JC, Nicée se trouve sur la rive orientale du lac Iznik. Il est l'un des plus grands astronomes de tous les temps. Nous savons d'après les références de Ptolémée qu'il a fait des observations astronomiques de 161 à 127 av. (Sarton 285) Malheureusement, presque toutes ses œuvres sont perdues, et tout ce qui reste est son commentaire sur la Phainomène d'Eudoxos de Cnide, et un commentaire sur un poème astronomique d'Aratos de Soloi. (Sarton 285) La plupart de ce que nous savons sur Hipparque vient de l'Almageste de Ptolémée et de quelques remarques d'autres écrivains. La seule fonction trigonométrique utilisée par les anciens Grecs est la corde, qui est étroitement liée à la fonction sinus (Toomer 7). Ce que l'on sait de Ptolémée, c'est qu'Hipparque a produit une table d'accords, qui était un outil essentiel au début du développement de la trigonométrie. Selon Théon d'Alexandrie, qui a travaillé à Alexandrie comme professeur de mathématiques et d'astronomie, Hipparque a écrit un traité en douze livres sur les accords en cercle, qui a été perdu (Sarton 286). On pense que ce traité contenait une théorie trigonométrique générale avec quelques tables.

On pense que Hipparque est la première personne à déterminer exactement les heures de lever et de coucher des signes du zodiaque. Pappus d'Alexandrie, qui était professeur de mathématiques au IVe siècle, a observé que "Hipparque dans son livre sur le lever des douze signes du zodiaque montre au moyen de calculs numériques qui égalent les arcs du demi-cercle commençant par le Cancer qui définissent dans les temps ayant une certaine relation les uns avec les autres ne montrent pas partout la même relation entre les temps dans lesquels ils se lèvent. » (Heath 257) plus ou moins les uns par rapport aux autres, ils ne pouvaient pas calculer les temps réels. (Heath 257-258). "Comme Hipparque a prouvé des propositions correspondantes au moyen de nombres, nous pouvons seulement conclure qu'il a utilisé des propositions en trigonométrie sphérique, calculant des arcs à partir d'autres qui sont donnés, au moyen de tables." (Heath 258).

Pour son travail astronomique, Hipparque avait besoin d'une table de rapports trigonométriques. On pense qu'il a calculé la première table d'accords à cet effet. Il considérait chaque triangle comme étant inscrit dans un cercle, de sorte que chaque côté devenait une corde. Alors que les accords étaient faciles à calculer dans certains cas particuliers avec des connaissances euclidiennes, pour compléter son tableau, Hipparque aurait eu besoin de connaître de nombreuses formules de trigonométrie plane qu'il avait lui-même dérivées ou empruntées ailleurs. Hipparque est crédité d'avoir généralisé l'idée d'Hypsicle de diviser l'écliptique en 360 degrés, une idée empruntée aux astronomes babyloniens, en divisant chaque cercle en 360 degrés (Sarton 287). Il a divisé le diamètre en 120 unités et exprimé des quantités inférieures aux degrés en fractions sexagésimales (Sarton 287), dans le style babylonien.

Après Hipparque, le prochain mathématicien grec connu pour avoir contribué à la trigonométrie était Ménélas. Nous savons très peu de choses sur la vie de Ménélas. Ptolémée mentionne que Ménélas a observé à Rome en l'an 98 après JC (Toomer). Ainsi, on pense qu'il est né vers 70 après JC (Histoire des mathématiques). Pappus et Proclus l'appellent tous deux Ménélas d'Alexandrie (Heath 260), nous pouvons donc supposer qu'il a passé une partie de son temps à Rome et une grande partie de son temps à Alexandrie. Il a écrit un traité de six livres sur les accords, qui a été mentionné par Théon d'Alexandrie, mais ces livres ont tous été perdus. (Heath 260) Son seul ouvrage survivant est un ouvrage en trois livres intitulé Sphaerica , dont le troisième livre contient d'excellentes informations sur le développement de la trigonométrie et est le premier ouvrage survivant sur la trigonométrie sphérique. Malheureusement, la version grecque de ce texte est perdue, et il ne reste qu'une version arabe traduite mille ans après la rédaction de l'original. Pour aggraver les choses, divers traducteurs au fil des ans ont eu leur commentaire inclus dans le travail, et il devient difficile de séparer l'original des commentateurs. Néanmoins, ce travail fournit toujours une bonne source pour le développement de la trigonométrie grecque.

Dans le premier livre de la Sphaerica, il y a la première conception et définition connue d'un triangle sphérique (Heath 262). Ménélas décrit un triangle sphérique comme la zone incluse par des arcs de grands cercles sur la surface d'une sphère soumise à la restriction que chacun des côtés ou des jambes du triangle est un arc moins un demi-cercle. Il poursuit ensuite en donnant les principales propositions sur les triangles sphériques correspondant aux propositions d'Euclide sur les triangles plans. (Heath 263). Le deuxième livre n'a qu'un intérêt astronomique. Le troisième livre contient des rapports trigonométriques. La première proposition du troisième livre est le théorème de Ménélas en référence à un triangle sphérique et à toute transversale (grand cercle) coupant les côtés d'un triangle. Plutôt que d'utiliser un triangle sphérique, il exprime sa proposition en termes de deux grands cercles sécants. "Entre deux arcs ADB, AEC de grands cercles se trouvent deux autres arcs de grands cercles DFC et BFE qui les coupent et se coupent également en F. Tous les arcs sont inférieurs à un demi-cercle." (Heath 266). Il continue ensuite à prouver


qui est le théorème de Ménélas pour la trigonométrie sphérique. Dans la démonstration de Ménélas, il distingua trois ou quatre cas distincts. Vous trouverez ci-dessous un schéma du théorème de Ménélas pour la trigonométrie plane :

Le reste du troisième livre se compose de propositions trigonométriques qui étaient nécessaires pour le travail astronomique. Le dernier grand contributeur à la trigonométrie à l'époque grecque est Ptolémée. On sait très peu de choses sur la vie réelle de Ptolémée. Il a fait des observations astronomiques d'Alexandrie en Egypte au cours des années 127-41 après JC. La première observation que nous pouvons dater exactement a été faite par Ptolémée le 26 mars 127 tandis que la dernière a été faite le 2 février 141. Il n'y a aucune preuve que Ptolémée se trouvait ailleurs qu'à Alexandrie. Heath dit "il est évident qu'aucune partie de la trigonométrie, ou de la matière qui la précède, chez Ptolémée n'était nouvelle. d'établir les méthodes et les formules utilisées. (276) D'autres historiens des mathématiques pensent que Ptolémée a achevé le travail commencé par Hipparque, qu'il a élaboré certains détails nécessaires et a compilé de nouvelles tables. Il est difficile de dire quels ajouts et modifications Ptolémée a apportés à des œuvres déjà existantes. Toomer appelle l'Almageste un chef-d'œuvre de clarté et de méthode, supérieur à n'importe quel ancien manuel scientifique et avec peu de pairs de n'importe quelle période. Mais c'est bien plus que cela. Loin d'être une simple compilation de l'astronomie grecque antérieure, comme on la décrit parfois, c'est à bien des égards une œuvre originale.

Quoi qu'il en soit, l'Almageste de Ptolémée est notre principale source d'information sur Hipparque et sur la trigonométrie alexandrine. "La nature encyclopédique de l'Almageste, sa valeur supérieure et sa perfection formelle ont probablement été les principales causes de la perte des écrits originaux d'Hipparque. Les premiers copistes ont dû penser que l'Almageste rendait les écrits antérieurs obsolètes et superflus." (Sarton 286). L'utilisation des fonctions sinus, cosinus et tangente se situe dans plusieurs centaines d'années. Cependant, la table d'accords peut être utilisée dans des formules équivalentes aux formules actuelles pour les fonctions trigonométriques. La table d'accords dans l'Alma gest est probablement la même que la table d'Hipparque ou une extension de celle-ci, mais nous ne pouvons pas en être sûrs car nous n'avons pas de copie de la table d'Hipparque avec laquelle la comparer. (Heath 259) La table d'accords de Ptolémée est complétée pour les arcs sous-tendant des angles augmentant de 1/2 degrés à 180 degrés par pas de 1/2 degrés. Afin d'avoir calculé sa table d'accords, Ptolémée doit avoir eu connaissance des équivalents de plusieurs identités et formules trigonométriques. Ptolémée connaissait la formule (accord 2x) + (accord (180x - 2x)) = 4r, ce qui équivaut à sin x + cos x = 1 . Ptolémée a également utilisé une formule qui est devenue plus tard connue sous le nom de théorème de Ptolémée. Cette formule est accord (a-b) = 1/2 (accord a accord (180-b)) - (accord b accord (180-a)) où a et b sont des angles. "Pt olemy doit avoir effectué ses calculs à cinq places sexagésimales pour atteindre la précision qu'il fait à la troisième place." (Toomer 57-58). Les calculs de Ptolémée sont suffisamment précis pour être utiles aujourd'hui. Voici un tableau partiel des accords de Ptolémée tiré de Toomer :

La table des accords est équivalente à une table des sinus pour tous les angles au centre de 0 degrés à 90 degrés à des intervalles de 15' et peut donc être utilisée pour résoudre n'importe quel triangle plan, à condition qu'au moins un côté soit connu. La fonction sin x est équivalente à 1/2 (chord 2x) , et cos x est équivalente à 1/2 chord(180-2x) . L'Almageste contient également des théorèmes trigonométriques équivalents à la loi actuelle des sinus et aux identités d'angle composé et de demi-angle. L'hypothèse est qu'Hipparque doit également les connaître et peut-être les inventer.

Heath et Neugebauer ont tous deux suggéré que les débuts de la trigonométrie en tant que science ordonnée remontent à quelques années avant Hipparque. "La première preuve conservée de l'approche des problèmes spécifiquement trigonométriques se trouve dans le traité Sur les tailles et les distances du soleil et de la lune d'Aristarque, écrit vers 250 avant JC" (Neugebauer 773). Aristarque a utilisé une inégalité importante, qui est l'équivalent des inégalités Sin x

A l'aide de telles inégalités, Aristarque a estimé les valeurs numériques des fonctions trigonométriques dans certains cas spécifiques de petits angles. Quelques décennies plus tard, Archimède utilisa la même formule. al-Biruni a conservé un lemme d'Archimède, qui montre qu'il disposait d'une version équivalente du théorème de Ptolémée (Neugebauer 773). Dans l'œuvre de Ménélas, il y a une remarque qui suggère que l'une des propositions trigonométriques peut être attribuée à Apollonios, qui a vécu quelques années avant Hipparque (Heath 253). "Tannery (de ses Recherches sur l'hist. De l'astronomic ancienne , p. 64) . a suggéré que non seulement Apollonius mais Archimède avant lui peuvent avoir compilé une table d'accords ou au moins montré la voie à une telle compilation. " (Heath 253)


Archéologues sceptiques et leurs techniques de datation

Sceptiques quant à cette découverte, Boaretto et ses collaborateurs ont appliqué les toutes dernières techniques de datation au radiocarbone à des échantillons de charbon de bois prélevés à Boker Tachtit entre 2013 et 2015. Ils ont également utilisé une technologie de datation sophistiquée et très précise connue sous le nom de luminescence stimulée optiquement (OSL), qui a aidé ils calculent quand de fins grains de sable de quartz ont été déposés sur le site.

En utilisant ces techniques de datation fiables, ils ont découvert que les humains modernes avaient en fait commencé à vivre à Boker Tachtit il y a 50 000 ans, soit trois mille ans plus tôt qu'on ne le croyait auparavant. C'était seulement 10 000 ans après la Homo sapiens la migration hors d'Afrique a commencé. Ils ont également confirmé que la transition de la culture du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur a duré environ 6 000 ans.

Ils ont également découvert que la transition à Boker Tachtit pouvait être décomposée en deux phases distinctes : une phase paléolithique supérieure (il y a 50 000 à 47 000 ans) et une phase paléolithique supérieure plus tardive (il y a 47 000 à 44 000 ans). Il y a 44 000 ans, les innovations en matière de fabrication d'outils développées par les humains modernes du Paléolithique supérieur avaient été universellement adoptées à Boker Tachtit.

Fait intéressant, la dernière phase du Paléolithique supérieur a coïncidé avec la première phase du Paléolithique supérieur dans la région boisée méditerranéenne du Levant (Liban et Turquie). Cette découverte a montré comment les humains modernes prenaient progressivement le relais des Néandertaliens alors qu'ils poursuivaient leur marche vers le nord et l'est dans les profondeurs de l'Europe et de l'Asie.

L'une des conséquences les plus notables de l'étude a été sa vérification que les humains modernes et les Néandertaliens étaient présents dans le désert central du Néguev en même temps. "Cela montre que les Néandertaliens et les Homo sapiens du Néguev coexistaient et interagissaient très probablement les uns avec les autres, entraînant non seulement un métissage génétique, comme le postule la théorie de" l'origine africaine récente ", mais aussi des échanges culturels", a déclaré Boaretto et Barzilai a théorisé dans un communiqué de presse de l'Institut Weizmann annonçant leurs découvertes.

Image des fouilles du site de Boker Tachtit dans le désert du Néguev. (Prof. Elisabetta Boaretto / Institut des sciences Weizmann )


Règle des Maccabées[modifier]

Après la réinauguration du temple, les partisans des Maccabées étaient divisés sur la question de savoir s'il fallait continuer à se battre ou non. Lorsque la révolte a commencé sous la direction de Mattathias, elle a été considérée comme une guerre pour la liberté religieuse afin de mettre fin à l'oppression des Séleucides. Cependant, alors que les Maccabées réalisaient à quel point ils avaient réussi, beaucoup voulaient continuer la révolte et conquérir d'autres terres avec des populations juives ou convertir leurs peuples. Cette politique a exacerbé le fossé entre les pharisiens et les sadducéens sous les monarques hasmonéens ultérieurs tels qu'Alexandre Jannaeus. ⎩] Ceux qui cherchaient la poursuite de la guerre étaient dirigés par Judah Maccabee.

À sa mort au combat en 160&160 av. J.-C., Judah fut remplacé comme commandant de l'armée par son jeune frère, Jonathan, qui était déjà grand prêtre. Jonathan a conclu des traités avec divers États étrangers, provoquant une dissension supplémentaire entre ceux qui souhaitaient simplement la liberté religieuse et ceux qui recherchaient un plus grand pouvoir.

En 142 & 160 BCE, Jonathan a été assassiné par Diodotus Tryphon, un prétendant au trône séleucide, et a été remplacé par Simon Maccabee, le dernier fils restant de Mattathias. Simon a apporté son soutien à Demetrius II Nicator, le roi séleucide, et en retour Demetrius a exempté les Maccabées du tribut. Simon a conquis le port de Joppé, où la population païenne a été « expulsée de force », « 9130 » et la forteresse de Gezer. Il expulsa la garnison de l'Acra à Jérusalem. En 140 & 160 avant notre ère, il a été reconnu par une assemblée de prêtres, de dirigeants et d'anciens comme grand prêtre, commandant militaire et souverain d'Israël. Leur décret devint la base du royaume hasmonéen. Peu de temps après, le sénat romain renouvela son alliance avec le royaume hasmonéen et ordonna à ses alliés de la Méditerranée orientale de faire de même. Bien que les Maccabées aient gagné en autonomie, la région est restée une province de l'empire séleucide et Simon a été tenu de fournir des troupes à Antiochus VII Sidetes, le frère de Demetrius II. Lorsque Simon refusa de céder le territoire qu'il avait conquis, Antiochus les prit de force.

Simon a été assassiné en 134 & 160 avant notre ère par son gendre Ptolémée, et a été remplacé comme grand prêtre et roi par son fils Jean Hyrcanus I. Antiochus a conquis tout le district de Judée, mais s'est abstenu d'attaquer le Temple ou d'interférer avec les observances juives . La Judée a été libérée de la domination séleucide à la mort d'Antiochus en 129 & 160 avant notre ère. ⎛]

Le règne indépendant des Hasmonéens a duré jusqu'en 63 °C, lorsque le général romain Pompée est intervenu dans la guerre civile des Hasmonéens, ce qui en a fait un royaume client de Rome. La dynastie hasmonéenne a pris fin en 37 & 160 avant notre ère lorsque l'Iduméen Hérode le Grand est devenu roi d'Israël, désigné " Roi des Juifs " par le Sénat romain, " transformant efficacement les Hasmonéens Kingdom into the Herodian Kingdom – un royaume client de Rome.


L'héritage islamique

Le fondement de cet héritage était les réalisations étonnantes d'érudits, de scientifiques, d'artisans et de commerçants musulmans au cours des quelques centaines d'années que l'on appelle l'âge d'or. Au cours de cette période, de 750 à 950, le territoire de l'Empire musulman englobait l'Iran, la Syrie, l'Irak, l'Égypte, la Palestine, l'Afrique du Nord, l'Espagne et certaines parties de la Turquie d'aujourd'hui et a attiré à Bagdad les peuples de toutes ces terres dans un environnement sans précédent. fertilisation croisée de traditions intellectuelles autrefois isolées.

L'unité géographique, cependant, n'était qu'un facteur. Un autre fut le développement de l'arabe, au neuvième siècle, dans la langue de l'érudition internationale ainsi que la langue de la vérité divine. Ce fut l'un des événements les plus importants de l'histoire des idées.

Un troisième facteur important a été l'établissement à Bagdad d'une usine de papier. L'introduction du papier, remplaçant le parchemin et le papyrus, a été une avancée cruciale qui a eu des effets sur l'éducation et l'érudition jusqu'à l'invention de l'imprimerie au XVe siècle. Il a permis de mettre les livres à la portée de tous.

Contrairement aux Byzantins, avec leur méfiance envers la science et la philosophie classiques, les musulmans ont été enjoints par le Prophète à “chercher à apprendre jusqu'en Chine” – comme, finalement, ils l'ont fait. Au VIIIe siècle, cependant, ils avaient une source plus commode : les travaux de scientifiques grecs conservés dans les bibliothèques de Constantinople et d'autres centres de l'empire byzantin. Au neuvième siècle, le calife al-Mamun, fils du célèbre Harun al-Rashid, commença à exploiter cette source inestimable. Avec l'approbation de l'empereur byzantin, il envoya des érudits sélectionner et rapporter à Bagdad des manuscrits scientifiques grecs pour traduction en arabe à Bayt al-Hikmah, « la Maison de la Sagesse ».

Bayt al-Hikmah était un assemblage remarquable de savants-traducteurs qui ont entrepris une tâche herculéenne : traduire en arabe tout ce qui avait survécu de la tradition philosophique et scientifique du monde antique et l'intégrer dans le cadre conceptuel de l'Islam.

Comme les premiers érudits du monde islamique étaient d'accord avec Aristote sur le fait que les mathématiques étaient la base de toute science, les érudits de la Maison de la Sagesse se sont d'abord concentrés sur les mathématiques. Ishaq ibn Hunayn et Thabit ibn Qurrah, par exemple, ont préparé une édition critique des Éléments d'Euclide, tandis que d'autres érudits ont traduit un commentaire sur Euclide écrit à l'origine par un mathématicien et inventeur d'Egypte, et encore, d'autres ont traduit au moins onze œuvres majeures de Archimède, y compris un traité sur la construction d'une horloge à eau. D'autres traductions comprenaient un livre Sur la théorie mathématique de Nichomaque de Gérasa et des travaux de mathématiciens comme Théodose de Tripoli, Apollonius Pergacus, Theon et Ménélas, tous fondamentaux pour le grand âge de la spéculation mathématique islamique qui a suivi.

La première grande avancée de la tradition mathématique héritée a été l'introduction des chiffres « arabes » qui sont en réalité originaires de l'Inde et qui simplifiaient les calculs de toutes sortes et rendaient possible le développement de l'algèbre. Muhammad ibn Musa al-Khwaraznli semble avoir été le premier à explorer systématiquement leur utilisation et a écrit le célèbre Kitab al-Jabr wa-l-Muqabalah, le premier livre sur l'algèbre, un nom dérivé du deuxième mot de son titre. L'une des significations de base de jabr en arabe est “bonesetting,” et al-Khwarazmi l'a utilisé comme description graphique de l'une des deux opérations qu'il utilise pour la résolution des équations quadratiques.

Les savants de Bayt al-Hikmah ont également contribué à la géométrie, étude recommandée par Ibn Khaldoun, le grand historien nord-africain, car « elle éclaire l'intelligence de l'homme qui la cultive et lui donne l'habitude de penser exactement ». Les hommes les plus responsables d'encourager l'étude de la géométrie étaient les fils de Musa ibn Shakir, l'astronome de la cour d'al-Mamurl. Appelés Banu Musa « les fils de Musa » ces trois hommes, Muhammad, Ahmad et al-Hasan, ont consacré leur vie et leur fortune à la quête du savoir. Ils ont non seulement parrainé des traductions d'œuvres grecques, mais ont également écrit une série d'études originales importantes, l'une portant le titre impressionnant The Measurement of the Sphere, Trisection of the Angle, and Determination of Two Mean Proportionals to Form a Single Division between Two Quantités données.

Les Banu Musa ont également contribué à des travaux sur la mécanique céleste et l'atome, ont aidé à des projets pratiques tels que la construction de canaux et ont en outre recruté l'un des plus grands savants du IXe siècle, Thabit ibn Qurrah.

Lors d'un voyage à Byzance à la recherche de manuscrits, Muhammad ibn Musa a rencontré Thabit ibn Qurrah, alors changeur d'argent mais aussi érudit en syriaque, grec et arabe. Impressionné par l'apprentissage de Thabit, Mahomet le présenta personnellement au calife, qui fut à son tour si impressionné qu'il nomma Thabit astrologue de la cour. Comme la connaissance du grec et du syriaque de Thabit était inégalée, il a énormément contribué à la traduction de l'écriture scientifique grecque et a également produit quelque soixante-dix ouvrages originaux en mathématiques, astronomie, astrologie, éthique, mécanique, musique, médecine, physique, philosophie. , et la construction d'instruments scientifiques.

Bien que la Maison de la Sagesse se concentrait à l'origine sur les mathématiques, elle n'excluait pas d'autres matières. L'un de ses savants les plus célèbres était Hunayn ibn Ishaq, le père d'Ishaq - connu en Occident sous le nom de Joanitius - qui a finalement traduit l'intégralité du canon des ouvrages médicaux grecs en arabe, y compris le serment d'Hippocrate. Plus tard directeur de la Maison de la Sagesse, Hunayn a également écrit au moins vingt-neuf traités originaux sur des sujets médicaux, et une collection de dix essais sur l'ophtalmologie qui couvraient, de manière systématique, l'anatomie et la physiologie de l'œil et le traitement de diverses maladies qui affligent la vision. Premier ouvrage médical connu à inclure des dessins anatomiques, le livre a été traduit en latin et a été pendant des siècles le traitement faisant autorité du sujet dans les universités occidentales et orientales.

D'autres éminents dans la médecine islamique étaient Yuhanna ibn Masawayh, un spécialiste en gynécologie et le célèbre Abu Bakr Muhammad ibn Zakariya al-Razi - connu en Occident sous le nom de Rhazes. Selon une bibliographie de ses écrits, al-Razi a écrit 184 ouvrages, dont un énorme recueil de ses expériences, observations et diagnostics avec le titre al-Hawi, "The All-Encompassing".

Source de la sagesse médicale à l'époque islamique, al-Razi, selon un récit contemporain, était également un bon enseignant et un médecin compatissant, qui apportait des rations aux pauvres et leur prodiguait des soins. C'était aussi un homme dévoué au bon sens, comme le suggèrent les titres de deux de ses œuvres. La raison pour laquelle certaines personnes et le commun des mortels laissent un médecin même s'il est intelligent, et un médecin intelligent n'a pas le pouvoir de guérir toutes les maladies, car cela n'est pas dans le domaine du possible.

Les érudits de la Maison de la Sagesse, contrairement à leurs homologues modernes, ne se spécialisaient pas. Al-Razi, par exemple, était un philosophe et un mathématicien ainsi qu'un médecin et al-Kindi, le premier philosophe musulman à utiliser la logique aristotélicienne pour soutenir le dogme islamique, également écrit sur la logique, la philosophie, la géométrie, le calcul, l'arithmétique, la musique et l'astronomie. Parmi ses œuvres figuraient des titres tels que An Introduction to the Art of Music, The Reason Why Rain Rarely Falls in Certain Places, The Cause of Vertigo et Crossbreeding the Dove.

Une autre figure majeure de l'âge d'or islamique était al-Farabi, qui luttait avec bon nombre des mêmes problèmes philosophiques qu'al-Kindi et écrivit La ville parfaite, qui illustre à quel point l'islam avait assimilé les idées grecques et les avait ensuite impressionnés par sa propre indélébile. timbre. Cet ouvrage proposait que la cité idéale soit fondée sur des principes moraux et religieux dont découleraient l'infrastructure physique. L'héritage musulman comprenait également des avancées technologiques. Ibn al-Haytham, par exemple, a écrit Le Livre de l'optique, dans lequel il donne un traitement détaillé de l'anatomie de l'œil, en déduisant correctement que l'œil reçoit la lumière de l'objet perçu et en jetant les bases de la photographie moderne. Au Xe siècle, il proposa un projet de barrage sur le Nil. Ce n'était en aucun cas une spéculation théorique, de nombreux barrages, réservoirs et aqueducs construits à cette époque dans le monde islamique survivent encore.


L'Iliade Résumé

L'Iliade raconte une période brève mais cruciale de la guerre de Troie, un conflit entre la ville de Troie et ses alliés contre une confédération de villes grecques, collectivement connues sous le nom d'Achéens. Le conflit a commencé lorsque Paris, le fils du roi de Troie Priam, a saisi une Hélène consentante, la plus belle femme du monde, du roi achéen Ménélas. Les Achéens ont levé une armée massive et ont navigué vers Troie, déterminés à reconquérir Hélène par la force.

Au début de l'histoire, la guerre est dans sa neuvième année. Les Achéens ont récemment saccagé une ville voisine, emmenant plusieurs belles femmes en captivité ainsi que de nombreux trésors. Chryses, un prêtre d'Apollon de la ville saccagée, s'approche du camp achéen et demande à Agamemnon, le chef des Achéens, de libérer sa fille, qui est l'une des captives, de l'esclavage. Agamemnon refuse. Chryses prie Apollon de punir les Achéens, et Apollon fait pleuvoir un fléau sur l'armée achéenne.

La peste ravage l'armée achéenne. Désespéré pour une réponse, les Achéens interrogent le prophète Calchas sur la cause de la peste. Calchas ordonne à Agamemnon de rendre la fille de Chryses. Agamemnon accepte à contrecœur, mais exige qu'on lui donne Briseis, la fille captive donnée au guerrier Achille, en compensation. Achille est enragé par la demande d'Agamemnon et refuse de se battre pour Agamemnon plus longtemps.

Achille, le plus grand des combattants achéens, désire se venger d'Agamemnon. Il appelle sa mère Thétis, une nymphe de mer immortelle, et lui demande d'implorer Zeus de renverser le cours de la guerre contre les Achéens. Étant donné qu'Achille est voué à mourir d'une mort glorieuse au combat, un effondrement achéen contribuera à donner la gloire d'Achille, lui permettant de leur venir en aide. Zeus acquiesce à la demande de Thétis.

Sur le champ de bataille, Paris et Ménélas s'entendent en duel pour mettre fin à la guerre. Ménélas est victorieux, mais les chevaux de Troie rompent l'accord juré d'avance. Les armées se lancent dans une bataille qui dure plusieurs jours. Dans les combats, de nombreux soldats se distinguent, dont l'Achéen Diomède et le fils de Priam Hector. Le cours de la bataille change plusieurs fois, mais les forces troyennes dirigées par Hector finissent par repousser les Achéens vers les fortifications qu'ils ont construites autour de leurs navires.

Pendant ce temps, un conflit de substitution est mené entre les dieux au nom des Troyens et des Achéens. Athéna, Héra et Poséidon soutiennent les forces achéennes, tandis qu'Apollon, Aphrodite et Arès soutiennent les chevaux de Troie. Alors que la bataille fait rage, les dieux donnent force et inspiration à leurs champions respectifs. Finalement, Zeus, prévoyant de façonner le conflit par lui-même afin qu'il puisse tenir sa promesse à Thétis, interdit l'intervention dans la guerre par les autres dieux. Zeus aide à organiser l'avance troyenne contre les Achéens.

Sous une pression immense, le vieux capitaine achéen Nestor propose qu'une ambassade soit envoyée à Achille afin de le convaincre de retourner au combat. Achilles listens to their pleas but ultimately refuses, stating that he will not stir until the Trojans to attack his own ships. After a prolonged struggle, the Trojans finally break through the Achaean fortress, threatening to burn the ships and slaughter the Achaeans.

Achilles’ inseparable comrade Patroclus , fearing the destruction of the Achaean forces, asks Achilles if he can take his place in battle. Achilles eventually agrees, and as the first Achaean ship begins to burn, Patroclus leads out Achilles’ army, dressed in Achilles’ armor in order to frighten the Trojans. Patroclus fights excellently, and the Trojans are repulsed from the ships. However, Patroclus disobeys Achilles’ order to return after driving back the Trojans. He pursues the Trojans all the way to the gates of Troy. Zeus, planning this sequence of events all along, allows Apollo to knock Patroclus over. Hector then kills Patroclus as he lies on the ground, and a battle breaks out over Patroclus’ body. Hector strips Achilles’ armor from Patroclus, but Menelaus and others manage to save the body.

When Achilles learns of Patroclus’ death, he is stricken with grief. Desiring revenge on Hector and the Trojans, Achilles reconciles with Agamemnon. His mother Thetis visits the smith god Hephaestus , who forges new, superhuman armor for Achilles, along with a magnificent shield that depicts the entire world. Meanwhile, the Trojans camp outside their city’s walls, underestimating Achilles’ fury. The next day, Achilles dons his armor and launches into battle, slaughtering numerous Trojans on the plains of Troy. Achilles also fights the river god Xanthus , who becomes upset with Achilles for killing so many Trojans in his waters.

The Trojans flee from the rage of Achilles and hide inside the walls of Troy. Hector alone remains outside the wall, determined to stand fast against Achilles, but as Achilles approaches him, Hector loses his nerve and begins to run. Achilles chases Hector around the walls of Troy four times, but eventually Hector turns and faces Achilles. With the help of Athena, Achilles kills Hector. He attaches Hector’s corpse to his chariot and drags the body back to the Achaean camp as revenge for Patroclus’ death.

Achilles, still grieving, holds an elaborate funeral for Patroclus, which is followed by a series of commemorative athletic games. After the games, Achilles continues to drag Hector’s body around Patroclus’ corpse for nine days. The gods, wishing to see Hector buried properly, send Priam, escorted by Hermes , to ransom Hector’s body. Priam pleads with Achilles for mercy, asking Achilles to remember his own aging father. Achilles is moved by Priam’s entreaty and agrees to give back Hector’s body. Priam returns to Troy with Hector, and the Trojans grieve for their loss. A truce is declared while the Trojans bury Hector.


Menelaus

The first-of-class WarShip of the Agamemnon-class of heavy cruisers, the Menelaus was in service with the Free Worlds League by early 3059 and became both the flagship of the League's fledgling black water navy and the centerpiece of the resurgent naval re-armament program. Ώ]

The FWLS Menelaus completed her shakedown trials in public, with the series of trials being performed along the border between the Lyran Commonwealth and the Free Worlds League. The Captain chosen to command the Menelaus was Captain Samra Ghani, former commander of the Hamilcar-class assault DropShip FWLS Dark Bane and an individual well known for his experience, ruthlessness and loyalty. Ώ]

By 3067 the Menelaus had been in service for the better part of a decade and was one of four cruisers of her class and manufacturing block known to be on active service, serving alongside the FWLS Aieneas, FWLS Hippolyta and FWLS Troie. ΐ]

Les Menelaus was the the only ship of her class not to be suborned by the Word of Blake during the Jihad. Operating in concert with two Aigle-class frigates, the FWLS Galahad and FWLS Lancelot, les Menelaus ambushed two former League vessels which the Blakists had suborned, the Black Lion-class battlecruiser WoBS Xanthos et le Égide-class heavy cruiser WoBS Impetuous in the Shiloh system in August 3070, destroying both. Α] Β] Γ]

After the reformation of the Free Worlds League in 3139, the Menelaus was one of two functional WarShips in active service. Due to scarcity of resources to maintain WarShips, the Menelaus would remain assign to Ionus star system protecting the Illium shipyards with Eagle-Class Frigate, Lancelot. Δ]


Contenu

The Trojans wars origins are subject to debate but many agree that a series of political issues between Mycenae and Troy led to the war breaking out. Mythologically (and potentially factually) a Prince of Troy named Paris took the wife of the King of Sparta for himself taking her over the Aegean to Troy proper. Eventually discovered the King of Sparta took this to his brother Menelaus, king of Mycenae. 

With an excuse to go to war Menelaus of Mycenae called together many of his allies and possessions against Troy. After spending a considerable amount of time gathering his force Menelaus marched on Troy and began a nine-year siege of the city. Attempting to be diplomatic, one of the most intelligent of the Greeks, Odysseus, attempted to treat and find a peaceful situation with King Priam of Troy who turned down his demands (which vary depending on the accounts read).

With Menelaus's offer turned down by Priam, the Greeks officially went to war with Troy beginning a nine-year siege of city and one of the most costly wars of the Era.


I do not understand the timeline of the Trojan War

I wonder if we could talk Tarantino into using the Iliad as the base for a really great post apocalyptic biker movie a la Road Warrior.

The scene with Achilles dragging Hector would be worth it alone.

Moros

Do you mean 18 years? - 9 year siege of Troy, preceded by 9 years (in the extended myth) gathering the ships

Who said Achilles had to be cute? Lycomedes and his daughters probably knew he was male (Deidamia certainly did!). Hding him from outsiders was easy if the women of the royal court were secluded and appeared in public heavily veiled or cosmeticised. And even more easy if Lycomedes daughters were thick set and ugly!

Neoptolemus or Pryyhus the son of Achilles was old enough to be a warrior in the last year of the Trojan War, the year Paris was killed. And if Paris made his judgement right after the marriage of Peleus and Thetis, the grandparents of Neoptolemus, he should have been a member of the generation of the parents of Achilles and grandparents of Neoptolemus.

Thus he should have been middle aged or elderly in the last year of the Trojan War, the year the Illiad is set in, except in so far as the supernaturlaly rapid growth of the partly divine Achilles and Neoptolemus might make the last year of the Trojan War only 18 years after the marriage of Peleus and Thetis.

Paris was a shepherd boy when the goddesses approached him for their beauty contest. His choices were between power, fame or sex, so if he was just entering puberty then Aphrodite was onto a winner.

Considering the myths already imply that Achilles was 9 when he fathered Neoptolemus, who was 9 himself when he went to war, then Paris might have only been about 10 years older than Achilles.

Helen, however, might have been older again, having already married Menelaus before the Judgement of Paris, and borne a number of children before Paris took her to Troy.

Plus many of the main characters in the Trojan war had themselves been old enough to approach Helen as potential husbands - e.g. Odysseus, Diomedes, Teucer and Ajax. Paris also had his older brother, Hector, who was a great warrior of Troy. This makes them all a generation older than Achilles.

Corvidius

Essan

Moros

Myths get adapted and expanded over the centuries, depending on the agenda of those telling or hearing the story.

When looking at the Judgement of Paris, although today the choices are portrayed as power (as king), fame (as warrior), or love (with Helen), the underlying choice seems to be have been between types of powerful kingship - land power (ruling an existing large territory), conquest power (expanding territory through war), or political power (marrying into an existing kingdom with a host of allies for support).

Paris chose political power, which was marrying Helen of Sparta. Her suitors had all promised to support the successful candidate (creating a huge area of allied kingdoms), and some of the non-Homeric myths portray Paris as having been the original choice of King Tyndareus (Helen's father). The Trojan war, in these accounts, was due to Menelaus, a failed suitor, getting all the other failed suitors to gang up on Paris, seen by them as a foreigner from Asia. The Greeks are therefore the baddies for breaking their original oath of allegiance, and it is Menelaus who is abducting Helen!

MAGolding

Je suis d'accord. I wouldn't try to tie down the chronology of the Trojan War too much. I'm sure there is a timeline to it but I fear it would be plagued by confusion and inconsistency.

I mean, if we are looking at characters' ages, then how old would Odysseus have been? After all, even after all those years of war and his 20 years wandering, when he returned to Ithaca he needed to be disguised as an old man? So he wasn't that old when he came back but was out for, at least, the best part of three decades.

But it is better to simply enjoy the stories than to stress about the details, especially if you have a clear enough grasp on the order of things, which you clearly do.

Since this war was considered among the ancient Greeks as either the last event of the mythical age or the first event of the historical age, several dates are given for the fall of Troy. They usually derive from genealogies of kings. Ephorus gives 1135 BC,[202] Sosibius 1172 BC,[203] Eratosthenes 1184 BC/1183 BC,[204] Timaeus 1193 BC,[205] the Parian marble 1209 BC/1208 BC,[206] Dicaearchus 1212 BC,[207] Herodotus around 1250 BC,[208] Eretes 1291 BC,[209] while Douris 1334 BC.[210] As for the exact day Ephorus gives 23/24 Thargelion (May 6 or 7), Hellanicus 12 Thargelion (May 26)[211] while others give the 23rd of Sciroforion (July 7) or the 23rd of Ponamos (October 7).

The glorious and rich city Homer describes was believed to be Troy VI by many twentieth century authors, destroyed in 1275 BC, probably by an earthquake. Its follower Troy VIIa, destroyed by fire at some point during the 1180s BC, was long considered a poorer city, but since the excavation campaign of 1988 it has risen to the most likely candidate.

So people have tried to fit the Trojan war into a chronological framework.

Certainly someone writing a Trojan war novel should work out a chronology of absolute and/or relative dates, especially since Achilles might be supernaturally precocious when he goes off to war.

MAGolding

Je suis d'accord. I wouldn't try to tie down the chronology of the Trojan War too much. I'm sure there is a timeline to it but I fear it would be plagued by confusion and inconsistency.

I mean, if we are looking at characters' ages, then how old would Odysseus have been? After all, even after all those years of war and his 20 years wandering, when he returned to Ithaca he needed to be disguised as an old man? So he wasn't that old when he came back but was out for, at least, the best part of three decades.

But it is better to simply enjoy the stories than to stress about the details, especially if you have a clear enough grasp on the order of things, which you clearly do.

Since this war was considered among the ancient Greeks as either the last event of the mythical age or the first event of the historical age, several dates are given for the fall of Troy. They usually derive from genealogies of kings. Ephorus gives 1135 BC,[202] Sosibius 1172 BC,[203] Eratosthenes 1184 BC/1183 BC,[204] Timaeus 1193 BC,[205] the Parian marble 1209 BC/1208 BC,[206] Dicaearchus 1212 BC,[207] Herodotus around 1250 BC,[208] Eretes 1291 BC,[209] while Douris 1334 BC.[210] As for the exact day Ephorus gives 23/24 Thargelion (May 6 or 7), Hellanicus 12 Thargelion (May 26)[211] while others give the 23rd of Sciroforion (July 7) or the 23rd of Ponamos (October 7).

The glorious and rich city Homer describes was believed to be Troy VI by many twentieth century authors, destroyed in 1275 BC, probably by an earthquake. Its follower Troy VIIa, destroyed by fire at some point during the 1180s BC, was long considered a poorer city, but since the excavation campaign of 1988 it has risen to the most likely candidate.

So people have tried to fit the Trojan war into a chronological framework.

Certainly someone writing a Trojan war novel should work out a chronology of absolute and/or relative dates, especially since Achilles might be supernaturally precocious when he goes off to war.


The Trojan War – Summary

The Trojan war is one of the most important events in Greek mythology. The war was carried out against the city of Troy by the Greeks after Paris of Troy took Helen from her husband the King of Sparta also known as Menelaus. The war commenced after a dispute between the goddesses Athena, Hera, and Aphrodite. Eris the goddess of discord and strife gave them a golden apple also known as the Apple of Discord whom the “fairest” was to claim.

The goddesses were sent to Paris by Zeus and Aphrodite was determined the “fairest”. Aphrodite made the beautiful Helen fall in love with Paris who then took her to Troy. The King of Mycaene also known as Agamemnon and the brother of Menelaus led a campaign of troops to Troy and the city was besieged for ten years because Paris’s insult. The Trojans were slaughtered by the Greeks and desecrated the temples which in turn earned them the god’s wrath.

The Trojan War events are found in many works of Greek literature and Art. The Trojan War is assembled by a number of sources and in which some of them state contradictory accounts of the event. Two poems The Illaid and the Odyssey which were composed by Homer between the 9th and 6th centuries BC. The Illaid includes the last year of the siege of Troy, while the Odyssey covers Odysseus’s return to Ithaca his home island, following the sack of Troy. Zeus had become King of the gods by overpowering his Cronus his father. Cronus in turn had overpowered his own father Uranus. Zeus had not been faithful to his wife and sister Hera and had many children out of these relationships.

Zeus came to learn that one of his own sons would overturn him, another prophecy stated that a son of the sea-nymph Thetis which Zeus fell in love with after admiring her in the oceans off the Greek coast would become even greater than his father. Thetis was then betrothed to an elderly human king, Peleus whom was son of Aiakos, either because she wished to please Hera whom had raised her or upon Zeus’ orders. Peleus and Thetis invited all of the gods who brought many gifts.

All except Eris whom was stopped by Hermes at the door on Zeus’ order. Eris took insult to this and threw a golden apple as a gift which had the words inscribed “to the fairest”. Athena, Hera and Aphrodite argued sorely over it and the gods were careful not to favour opinions. Zeus ordered Hermes to lead all three of the goddesses to Paris, a prince of Troy who was being raised as a shepherd in Mount Ida. The goddesses appeared to him naked, Paris was unable to decide between them, they then resorted to bribes.

Paris was offered wisdom and skill in battle by Athena. Political power and control of all of Asia was offered by Hera, and the most beautiful woman in the world, Helen of Sparta was offered by Aphrodite. The historical events of the Trojan War is still subject to contention as most of the classical Greeks thought that the war was an event in history but many believed that the poems of Homer were exaggerated to create appeal.

Partager:

Articles Liés


Voir la vidéo: 11-septembre: la chronologie de lattentat


Commentaires:

  1. Nemesio

    Alors vérifiez-le maintenant

  2. Moogulrajas

    C'est évident à mon avis. Je vous recommande de rechercher google.com

  3. Ladon

    Ce qui est nécessaire, je participerai. Ensemble, nous pouvons arriver à la bonne réponse. Je suis sûr.

  4. Morholt

    Je considère que vous n'avez pas raison. Discutons. Écrivez-moi en MP, nous communiquerons.

  5. Elwin

    Vous n'êtes pas l'expert, avec désinvolture?

  6. Fidele

    Désolé, mais je suggère d'aller dans l'autre sens.



Écrire un message


Arcs Accords soixantièmes
1/20 31 251 2 50
11 2 501 2 50
1 1/21 34 151 2 50
2 2 5 401 2 50
2 1/2 2 37 41 2 48
3 3 8 28 1 2 48
3 1/2 3 39 52 1 2 48
4 4 11 161 2 47
4 1/21 2 47 4 42 40
5 5 14 41 2 46
5 1/2 5 45 271 2 45
6 6 16 491 2 44
6 1/2 6 48 111 2 43
7 7 19 331 2 42
7 1/21 2 41 7 50 54
8 8 22 151 2 40
8 1/2 8 53 351 2 39
9 9 24 541 2 38
9 1/2 9 56 131 2 37
10 10 27 321 2 35
10 1/2 10 58 491 2 33
11 11 30 51 2 32
11 1/2 12 1 211 2 30
12 12 32 361 2 28
12 1/2 13 3 501 2 27
13 13 35 41 2 25
13 1/2 14 6 161 2 23
14 14 37 271 2 21
14 1/2 15 8 381 2 19
15 15 39 47 1 2 17
. . .
. . .
Arcs Accords soixantièmes
. . .
. . .
165 1/2 119 2 260 7 48
166 119 6 20 0 7 31
166 1/2 119 10 6 0 7 15
167 119 13 44 0 6 59
167 1/2 119 17 13 0 6 42
168 119 20 34 0 6 26
168 1/2
119 23 47 0 6 10
169 119 26 52 0 5 53
169 1/2 119 29 49 0 5 37
170 119 32 37 0 5 20
170 1/2 119 35 17 0 5 4
171 119 37 49 0 4 48
171 1/2 119 40 13 0 4 31
172 119 42 28 0 4 14
172 1/2 119 44 35 0 3 58
173 119 46 35 0 3 42
173 1/2 119 48 26 0 3 26
174 119 50 8 0 3 9
174 1/2 119 51 43 0 2 53
175 119 53 10 0 2 36
175 1/2 119 54 27 0 2 20
176 119 55 38 0 2 3
176 1/2 119 56 39 0 1 47
177 119 57 32 0 1 30
177 1/2 119 58 18 0 1 14
178 119 58 55 0 0 57
178 1/2 119 59 24 0 0 41
179 119 59 44 0 0 25
179 1/2 119 59 56 0 0 9
180120 0 00 0 0